Cette ancienne sablière, propriété d'Idelux, est occupée depuis fin octobre par des militants qui entendent contester, de cette manière, un projet de développement du site en zone pour PME. Les occupants considèrent cet espace comme une "Zone à défendre" (ZAD) contre la "bétonisation". Le 28 novembre, l'intercommunale avait obtenu, par ordonnance de la justice de paix d'Arlon, une décision lui permettant d'ordonner l'expulsion du site. Et le 6 décembre dernier, le conseil d'administration de l'intercommunale avait décidé de faire appliquer cette décision. "L'intercommunale rappelle son souhait de voir les occupants quitter le site de manière spontanée et pacifique et encourage donc toutes les personnes en lien avec ces derniers à les convaincre de quitter les lieux sans heurts et dans les meilleurs délais", a répété vendredi Idelux. De leur côté, les "Zadistes" ont annoncé cette semaine qu'ils n'entendait pas quitter les lieux, alors que "les enjeux dépassent largement l'avenir du site de la sablière". Ils se disent prêts au dialogue. Mais, à leur yeux, "le vote de l'expulsion vise à étouffer cette discussion que vous n'aviez pas daigné avoir, et ce même suite à une pétition rassemblant plus de 12.000 signatures. Quoi d'autre justifierait de nous expulser maintenant alors que vous rappelez régulièrement qu'il n'y a pas d'urgence à votre projet de zoning?", ont-ils demandé à Idelux via leur page Facebook et dans un communiqué à la presse. (Belga)

Cette ancienne sablière, propriété d'Idelux, est occupée depuis fin octobre par des militants qui entendent contester, de cette manière, un projet de développement du site en zone pour PME. Les occupants considèrent cet espace comme une "Zone à défendre" (ZAD) contre la "bétonisation". Le 28 novembre, l'intercommunale avait obtenu, par ordonnance de la justice de paix d'Arlon, une décision lui permettant d'ordonner l'expulsion du site. Et le 6 décembre dernier, le conseil d'administration de l'intercommunale avait décidé de faire appliquer cette décision. "L'intercommunale rappelle son souhait de voir les occupants quitter le site de manière spontanée et pacifique et encourage donc toutes les personnes en lien avec ces derniers à les convaincre de quitter les lieux sans heurts et dans les meilleurs délais", a répété vendredi Idelux. De leur côté, les "Zadistes" ont annoncé cette semaine qu'ils n'entendait pas quitter les lieux, alors que "les enjeux dépassent largement l'avenir du site de la sablière". Ils se disent prêts au dialogue. Mais, à leur yeux, "le vote de l'expulsion vise à étouffer cette discussion que vous n'aviez pas daigné avoir, et ce même suite à une pétition rassemblant plus de 12.000 signatures. Quoi d'autre justifierait de nous expulser maintenant alors que vous rappelez régulièrement qu'il n'y a pas d'urgence à votre projet de zoning?", ont-ils demandé à Idelux via leur page Facebook et dans un communiqué à la presse. (Belga)