"Parmi les expériences que nous allons effectuer, il y a la cartographie de l'environnement extérieur à l'aide d'un drône, et l'intégration dans cette cartographie précise de certaines données comme la composition chimique du sol. Nous allons également vérifier si la vie est compatible avec ce sol, et faire pousser des plantes sans terre. Une expérience porte aussi sur les impacts psychologiques pour les membres de l'équipe de la vie dans un espace confiné, et nous devrons également étudier la dégradation de certains médicament", indique le chef de l'équipe, Maximilien Richald. L'objectif est d'explorer les problèmes que pourrait poser une mission sur Mars dans un futur proche. Ce sont les participants, avec le soutien de l'UCL, qui exploiteront par la suite les résultats et les communiqueront à la Mars Society. L'équipe participera à cette mission UCL to Mars (www.ucltomars.org) du 10 au 25 mars mais cherche encore des sponsors pour boucler le financement de l'opération. (Belga)

"Parmi les expériences que nous allons effectuer, il y a la cartographie de l'environnement extérieur à l'aide d'un drône, et l'intégration dans cette cartographie précise de certaines données comme la composition chimique du sol. Nous allons également vérifier si la vie est compatible avec ce sol, et faire pousser des plantes sans terre. Une expérience porte aussi sur les impacts psychologiques pour les membres de l'équipe de la vie dans un espace confiné, et nous devrons également étudier la dégradation de certains médicament", indique le chef de l'équipe, Maximilien Richald. L'objectif est d'explorer les problèmes que pourrait poser une mission sur Mars dans un futur proche. Ce sont les participants, avec le soutien de l'UCL, qui exploiteront par la suite les résultats et les communiqueront à la Mars Society. L'équipe participera à cette mission UCL to Mars (www.ucltomars.org) du 10 au 25 mars mais cherche encore des sponsors pour boucler le financement de l'opération. (Belga)