Les migrants sont vraisemblablement montés à bord du camion en France dans la nuit de lundi à mardi. Sa cargaison était destinée au Royaume-Uni et devait transiter par Zeebrugge. Mais le véhicule n'a pas pu y décharger sa cargaison comme prévu car elle semblait endommagée et a été refusée. Le réfrigérateur avait été éteint, ce qui avait fait monter la température de 15 degrés pendant le transport. Ce n'est que plus tard que la présence des migrants a été découverte. Commençant à suffoquer, ils ont frappé depuis l'intérieur du camion pour se faire remarquer et ont finalement été secourus peu après minuit. Selon la police, rien n'indique que la conductrice du camion est impliquée dans des activités de trafic d'êtres humains. Les migrants ont pu monter à bord pendant qu'elle dormait. Par ailleurs, le chargement sera très probablement détruit. Le parquet observe que les migrants ont passé environ 24 heures dans le camion frigorifique. "Si le véhicule avait été laissé sans surveillance, le danger aurait encore augmenté", a expliqué le procureur Frank Demeester. Cela montre pour lui que ce type d'incident cause également des dégâts économiques importants. (Belga)

Les migrants sont vraisemblablement montés à bord du camion en France dans la nuit de lundi à mardi. Sa cargaison était destinée au Royaume-Uni et devait transiter par Zeebrugge. Mais le véhicule n'a pas pu y décharger sa cargaison comme prévu car elle semblait endommagée et a été refusée. Le réfrigérateur avait été éteint, ce qui avait fait monter la température de 15 degrés pendant le transport. Ce n'est que plus tard que la présence des migrants a été découverte. Commençant à suffoquer, ils ont frappé depuis l'intérieur du camion pour se faire remarquer et ont finalement été secourus peu après minuit. Selon la police, rien n'indique que la conductrice du camion est impliquée dans des activités de trafic d'êtres humains. Les migrants ont pu monter à bord pendant qu'elle dormait. Par ailleurs, le chargement sera très probablement détruit. Le parquet observe que les migrants ont passé environ 24 heures dans le camion frigorifique. "Si le véhicule avait été laissé sans surveillance, le danger aurait encore augmenté", a expliqué le procureur Frank Demeester. Cela montre pour lui que ce type d'incident cause également des dégâts économiques importants. (Belga)