Les manifestants se sont rassemblés jeudi après-midi dans différents "malls" (centres commerciaux) de la mégapole et ont scandé des slogans hostiles au gouvernement et à la police. Dans un centre commercial du quartier de Tai Po, au nord-est de Hong Kong, la police anti-émeute a fait usage de gaz au poivre et de teinture bleue - destinée à signaler les suspects - à l'encontre de dizaines de manifestants vêtus de noir, a constaté une journaliste de l'AFP. Les forces de l'ordre ont également procédé à de nombreuses arrestations. A Hong Kong, théâtre depuis juin de la crise la plus grave de l'ex-colonie britannique depuis sa rétrocession à Pékin en 1997, la violence avait baissé d'intensité depuis un mois. Mais des appels ont été lancés sur internet à des actions coup de poing pendant la période de Noël et du Nouvel An, ciblant en particulier les quartiers où se concentrent les boutiques et grands magasins. Le mouvement de constatation est né d'un projet de loi qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine continentale. L'exécutif local pro-Pékin a renoncé à ce projet, mais les manifestants ont élargi leurs revendications pour obtenir des élections libres et plus de démocratie face à une mainmise grandissante de Pékin. (Belga)

Les manifestants se sont rassemblés jeudi après-midi dans différents "malls" (centres commerciaux) de la mégapole et ont scandé des slogans hostiles au gouvernement et à la police. Dans un centre commercial du quartier de Tai Po, au nord-est de Hong Kong, la police anti-émeute a fait usage de gaz au poivre et de teinture bleue - destinée à signaler les suspects - à l'encontre de dizaines de manifestants vêtus de noir, a constaté une journaliste de l'AFP. Les forces de l'ordre ont également procédé à de nombreuses arrestations. A Hong Kong, théâtre depuis juin de la crise la plus grave de l'ex-colonie britannique depuis sa rétrocession à Pékin en 1997, la violence avait baissé d'intensité depuis un mois. Mais des appels ont été lancés sur internet à des actions coup de poing pendant la période de Noël et du Nouvel An, ciblant en particulier les quartiers où se concentrent les boutiques et grands magasins. Le mouvement de constatation est né d'un projet de loi qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine continentale. L'exécutif local pro-Pékin a renoncé à ce projet, mais les manifestants ont élargi leurs revendications pour obtenir des élections libres et plus de démocratie face à une mainmise grandissante de Pékin. (Belga)