A part les campings qui font un peu défaut, le Brabant wallon offre une belle variété d'hébergements touristiques. Hôtels de différentes gammes, gîtes, chambres d'hôtes, meublés, logements insolites... En 2018, l'Observatoire wallon du tourisme (OwT) et le Commissariat général au tourisme (CGT) recensaient un peu moins de deux cents hébergements au sein de la province, dont une majorité reconnus par le CGT. Soit environ 4 200 lits, en grande majorité répartis dans les hôtels et dans les villes de Wavre, Waterloo, Nivelles, La Hulpe et Ottignies-Louvain-la-Neuve.
...

A part les campings qui font un peu défaut, le Brabant wallon offre une belle variété d'hébergements touristiques. Hôtels de différentes gammes, gîtes, chambres d'hôtes, meublés, logements insolites... En 2018, l'Observatoire wallon du tourisme (OwT) et le Commissariat général au tourisme (CGT) recensaient un peu moins de deux cents hébergements au sein de la province, dont une majorité reconnus par le CGT. Soit environ 4 200 lits, en grande majorité répartis dans les hôtels et dans les villes de Wavre, Waterloo, Nivelles, La Hulpe et Ottignies-Louvain-la-Neuve. L'offre en Brabant wallon reste plus difficile à quantifier avec précision pour les hébergements particuliers type Airbnb, mais la plateforme rassemblerait actuellement autour de trois cents propositions. " Nous proposons depuis longtemps une liste d'hébergements chez les particuliers, mais elle ne s'est pas énormément étoffée ces dernières années, observe-t-on à l'Office du tourisme - Inforville d'Ottignies-Louvain-la-Neuve. Certains ont même arrêté leur activité en 2017, lorsque les nouvelles mesures du Code wallon du tourisme ont été instaurées. " Bien moins sévère qu'à Bruxelles, la réglementation wallonne impose notamment de respecter les normes incendie, d'être assurés pour la responsabilité civile ou encore de se déclarer auprès du CGT. Ces hébergements chez les particuliers sont généralement complémentaires aux autres offres car ils sont souvent plus abordables ou proposent des services ou localisations différents - notamment dans des villages. A Louvain-la-Neuve, toutefois, " ils n'ont peut-être plus la même importance que lorsque les hôtels manquaient ", analyse l'Office du tourisme - Inforville. Avant la crise sanitaire actuelle, l'offre hôtelière s'est en effet significativement étoffée au sein de la ville estudiantine qui ne comptait autrefois qu'un seul établissement, l'Ibis Styles. En 2018, le groupe Martins Hotels a par exemple ouvert en centre-ville un 3-étoiles et un appart-hôtel 4-étoiles d'une centaine de chambres ou suites chacun. En 2019, c'est un gîte-auberge d'une centaine de lits, le Mozaïk, qui a vu le jour avec l'objectif d'atteindre les 25 000 nuitées annuelles d'ici à 2021. Cette capacité déjà élargie s'étoffera encore avec un hôtel de cent-septante chambres au sein du China-Belgium Technology Center, dont l'inauguration est prévue à l'automne 2020. On voit aussi se développer de plus petits hébergements avec une offre souvent spécialisée. A Louvain-la-Neuve, le boutique-hôtel B-Lodge qui a ouvert fin 2019 compte par exemple sept chambres sur le thème de la " belgitude ". De petits établissements s'ouvrent aussi hors de ces grands pôles urbains, comme le Koru Hotel, à Ramillies, ou l'Indrani Lodge, à Loupoigne, qui sont orientés vers le bien-être. Enfin, d'autres projets d'hébergements restent en cours dans la province. Parmi ceux-ci, il est question de transformer le Château de Limelette en hôtel haut de gamme. Le projet de tour-hôtel qui a fait couler beaucoup d'encre à Wavre a par contre été enterré. Par Marie-Eve Rebts.