L'élection de Charles Michel a surtout suscité de l'enthousiasme auprès des responsables libéraux. Sophie Wilmès, ministre fédérale du Budget et de la Fonction publique, évoque "une fierté pour la Belgique" tandis que le ministre-président wallon Willy Borsus considère cette nomination comme "un challenge d'une extraordinaire importance au coeur du projet européen". La présidente de l'Open Vld Gwendolyn Rutte se réjouit également du choix d'un "jeune dirigeant libéral". Le leader du CD&V Wouter Beke, qui a prêté serment mardi en tant que nouveau ministre fédéral de l'Emploi, de l'Economie et des Consommateurs, félicite également son "ami en politique". Le député N-VA Theo Francken, ancien secrétaire d'Etat au sein du gouvernement Michel, souligne lui les compétences de Charles Michel pour cette fonction européenne. La coprésidente d'Ecolo Zakia Khattabi se montre par contre plus critique. "La N-VA perd donc son meilleur allié", écrit-elle sur Twitter. Charles Michel succédera en décembre à M. Tusk, qui avait pris la relève d'un autre Belge, Herman Van Rompuy. (Belga)

L'élection de Charles Michel a surtout suscité de l'enthousiasme auprès des responsables libéraux. Sophie Wilmès, ministre fédérale du Budget et de la Fonction publique, évoque "une fierté pour la Belgique" tandis que le ministre-président wallon Willy Borsus considère cette nomination comme "un challenge d'une extraordinaire importance au coeur du projet européen". La présidente de l'Open Vld Gwendolyn Rutte se réjouit également du choix d'un "jeune dirigeant libéral". Le leader du CD&V Wouter Beke, qui a prêté serment mardi en tant que nouveau ministre fédéral de l'Emploi, de l'Economie et des Consommateurs, félicite également son "ami en politique". Le député N-VA Theo Francken, ancien secrétaire d'Etat au sein du gouvernement Michel, souligne lui les compétences de Charles Michel pour cette fonction européenne. La coprésidente d'Ecolo Zakia Khattabi se montre par contre plus critique. "La N-VA perd donc son meilleur allié", écrit-elle sur Twitter. Charles Michel succédera en décembre à M. Tusk, qui avait pris la relève d'un autre Belge, Herman Van Rompuy. (Belga)