"Cette hausse n'est pas nécessairement proportionnelle à une augmentation de la discrimination en Belgique. Il se peut en effet que les individus connaissent mieux leurs droits et l'action du Centre et hésitent moins à signaler des faits de discrimination supposée", commente le Centre.

"D'autre part, il faut se rappeler que ces signalements ne constituent que la pointe de l'iceberg et que la discrimination est bien plus courante que celle que les chiffres laissent entrevoir", rappelle-t-il.

Au total, ces signalements ont donné lieu à l'ouverture de 1.859 dossiers. Le Centre a été compétent pour 84% d'entre eux. Comme les autres années, la plupart des dossiers ouverts au Centre (49%) résultent de plaintes pour discrimination raciale. Viennent ensuite le handicap (15%), les convictions religieuses ou philosophiques (13%), l'orientation sexuelle (6%) et l'âge (5%).

En 2009, les dossiers portaient principalement sur trois domaines. Pour la première fois, médias et internet arrivent en tête (25%) devant le travail et l'emploi (24%) et les biens et services (21%).

"Notre cellule Cyberhate, ouverte depuis quelques années, commence probablement à être de mieux en mieux connue du grand public", indique Edouard Delruelle, directeur adjoint du CECLR, pour expliquer la place prise par internet.

Le Vif.be, avec Belga

"Cette hausse n'est pas nécessairement proportionnelle à une augmentation de la discrimination en Belgique. Il se peut en effet que les individus connaissent mieux leurs droits et l'action du Centre et hésitent moins à signaler des faits de discrimination supposée", commente le Centre. "D'autre part, il faut se rappeler que ces signalements ne constituent que la pointe de l'iceberg et que la discrimination est bien plus courante que celle que les chiffres laissent entrevoir", rappelle-t-il. Au total, ces signalements ont donné lieu à l'ouverture de 1.859 dossiers. Le Centre a été compétent pour 84% d'entre eux. Comme les autres années, la plupart des dossiers ouverts au Centre (49%) résultent de plaintes pour discrimination raciale. Viennent ensuite le handicap (15%), les convictions religieuses ou philosophiques (13%), l'orientation sexuelle (6%) et l'âge (5%). En 2009, les dossiers portaient principalement sur trois domaines. Pour la première fois, médias et internet arrivent en tête (25%) devant le travail et l'emploi (24%) et les biens et services (21%). "Notre cellule Cyberhate, ouverte depuis quelques années, commence probablement à être de mieux en mieux connue du grand public", indique Edouard Delruelle, directeur adjoint du CECLR, pour expliquer la place prise par internet. Le Vif.be, avec Belga