"Le cortège a essuyé des tirs et c'est assimilable à une tentative d'assassinat", a déclaré à l'AFP Mario Joseph, l'un des avocats de l'ancien président. "Les tirs ont été vers la portière arrière où se trouvait M. Aristide. Il est indemne mais une personne est blessée et reçoit des soins à l'hôpital", a-t-il précisé. Forcé de quitter le pouvoir et le pays en 2004, Jean-Bertrand Aristide, 63 ans, n'a fait que de très rares apparitions publiques depuis son retour d'exil en Afrique du Sud en 2011. Il n'était ainsi pas présent aux obsèques de son ancien Premier ministre René Préval le 11 mars, une absence remarquée. Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres veut mettre fin à la mission des Casques bleus en Haïti d'ici octobre, pour la remplacer par une présence onusienne réduite, selon un rapport obtenu lundi par l'AFP. La proposition de mettre un terme à la Minustah, déployée depuis 13 ans en Haïti, intervient sur fond de possible réduction de l'aide financière américaine à l'ONU. (Belga)

"Le cortège a essuyé des tirs et c'est assimilable à une tentative d'assassinat", a déclaré à l'AFP Mario Joseph, l'un des avocats de l'ancien président. "Les tirs ont été vers la portière arrière où se trouvait M. Aristide. Il est indemne mais une personne est blessée et reçoit des soins à l'hôpital", a-t-il précisé. Forcé de quitter le pouvoir et le pays en 2004, Jean-Bertrand Aristide, 63 ans, n'a fait que de très rares apparitions publiques depuis son retour d'exil en Afrique du Sud en 2011. Il n'était ainsi pas présent aux obsèques de son ancien Premier ministre René Préval le 11 mars, une absence remarquée. Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres veut mettre fin à la mission des Casques bleus en Haïti d'ici octobre, pour la remplacer par une présence onusienne réduite, selon un rapport obtenu lundi par l'AFP. La proposition de mettre un terme à la Minustah, déployée depuis 13 ans en Haïti, intervient sur fond de possible réduction de l'aide financière américaine à l'ONU. (Belga)