Groen s'est entretenu à deux reprises avec M. De Wever au début des négociations. Depuis lors, les verts flamands n'ont plus échangé avec le formateur. "Plus il parlait avec le Vlaams Belang, plus nous nous éloignions de la table des discussions. Aujourd'hui nous ne sommes plus conviés, mais Bart De Wever ne nous a pas envoyé de signal clair. C'est une méthode de travail assez étrange", estime M. Rzoska. Ce dernier souligne que sa formation est toujours disposée à négocier, tout en précisant que son seul veto va à l'encontre du Vlaams Belang. Tous les partis qui sont aujourd'hui à table "ont reçu des coups" lors des élections, analyse encore Björn Rozska. Il serait toutefois judicieux que le futur gouvernement compte un parti gagnant, comme l'est Groen, dans ses rangs, poursuit-il. "Nous voulons aller à la table des négociations, mais nous ne l'avons peut-être parfois pas dit assez clairement", a-t-il insisté. En ce qui concerne les relations de Groen avec Ecolo - qui refuse de parler avec la N-VA au fédéral -, M. Rzoska se veut rassurant. "Comme dans tous les bons mariages, il y a parfois des discussions. De surcroît, je négocie pour la Flandre et il convient de bien séparer les niveaux flamand et fédéral." (Belga)