En 2014, une loi donnant pour mission au Bureau du Plan de chiffrer les programmes électoraux des partis avait été adoptée, mais son application est désormais bloquée. Le Bureau du plan ne disposerait en effet pas du personnel nécessaire pour mener de telles analyses. Cela ne doit toutefois pas empêcher les formations politiques de faire analyser leurs propositions par d'autres institutions, estime Groen. "Examiner la faisabilité des programmes serait un exemple de transparence qui permettrait de restaurer en partie la confiance dans la politique", souligne Mme Almaci. "Cela mettrait définitivement un terme aux fausses promesses. Aux Pays-Bas, c'est possible alors il n'y a pas de raisons que ça ne puisse pas fonctionner en Belgique", poursuit-elle. (Belga)

En 2014, une loi donnant pour mission au Bureau du Plan de chiffrer les programmes électoraux des partis avait été adoptée, mais son application est désormais bloquée. Le Bureau du plan ne disposerait en effet pas du personnel nécessaire pour mener de telles analyses. Cela ne doit toutefois pas empêcher les formations politiques de faire analyser leurs propositions par d'autres institutions, estime Groen. "Examiner la faisabilité des programmes serait un exemple de transparence qui permettrait de restaurer en partie la confiance dans la politique", souligne Mme Almaci. "Cela mettrait définitivement un terme aux fausses promesses. Aux Pays-Bas, c'est possible alors il n'y a pas de raisons que ça ne puisse pas fonctionner en Belgique", poursuit-elle. (Belga)