Jeudi midi, aucun requête en ce sens n'avait encore transmise aux secrétariats de l'Université de Liège. En janvier dernier, la Faculté de Philosophie et Lettres avait appliqué la règle de ne pas pénaliser les étudiants qui arriveraient en retard à un examen, en cas de perturbation sur le réseau autobus des TEC. Rien n'a encore été officialisé en ce sens pour la session de mai-juin. Le mouvement "Priorité Etudiante", qui avait annoncé mercredi le lancement d'une pétition demandant à l'Université de déplacer les examens, s'est réjouie publiquement, jeudi, du désir exprimé par le recteur de l'ULg de trouver des solutions en interne. Quant à Lorentz Kremer, président de la Fédération des étudiants de l'ULg, il a déploré que le mouvement "agisse en nuisant à la réputation de l'ULg et de la Fédé, qui restent les institutions légalement compétentes pour décider et annoncer de telles mesures", appelant à privilégier les discussions en interne. Enfin, du côté politique, les Jeunes MR ont interpellé le ministre de la Mobilité et des Transports, Carlo Di Antonio par courrier. Ils lui demandent une rencontre avant la manifestation du 24 mai "afin de discuter des modalités du service garanti". (Belga)

Jeudi midi, aucun requête en ce sens n'avait encore transmise aux secrétariats de l'Université de Liège. En janvier dernier, la Faculté de Philosophie et Lettres avait appliqué la règle de ne pas pénaliser les étudiants qui arriveraient en retard à un examen, en cas de perturbation sur le réseau autobus des TEC. Rien n'a encore été officialisé en ce sens pour la session de mai-juin. Le mouvement "Priorité Etudiante", qui avait annoncé mercredi le lancement d'une pétition demandant à l'Université de déplacer les examens, s'est réjouie publiquement, jeudi, du désir exprimé par le recteur de l'ULg de trouver des solutions en interne. Quant à Lorentz Kremer, président de la Fédération des étudiants de l'ULg, il a déploré que le mouvement "agisse en nuisant à la réputation de l'ULg et de la Fédé, qui restent les institutions légalement compétentes pour décider et annoncer de telles mesures", appelant à privilégier les discussions en interne. Enfin, du côté politique, les Jeunes MR ont interpellé le ministre de la Mobilité et des Transports, Carlo Di Antonio par courrier. Ils lui demandent une rencontre avant la manifestation du 24 mai "afin de discuter des modalités du service garanti". (Belga)