Les ailes flamandes des syndicats cheminots ont également indiqué que la nomination d'un médiateur social n'était pas nécessaire pour recommencer à négocier, rapportent De Morgen et Het Laatste Nieuws. Après la grève, les négociations reprendront, selon ces syndicats. En paralysant mercredi une grande partie du rail, la CSC-Transcom et la CGSP-Cheminots entendent manifester leur mécontentement après l'échec des négociations sur le protocole d'accord social 2016-2018 et les mesures d'augmentation de la productivité dans les chemins de fer malgré les économies imposées par le fédéral. (Belga)

Les ailes flamandes des syndicats cheminots ont également indiqué que la nomination d'un médiateur social n'était pas nécessaire pour recommencer à négocier, rapportent De Morgen et Het Laatste Nieuws. Après la grève, les négociations reprendront, selon ces syndicats. En paralysant mercredi une grande partie du rail, la CSC-Transcom et la CGSP-Cheminots entendent manifester leur mécontentement après l'échec des négociations sur le protocole d'accord social 2016-2018 et les mesures d'augmentation de la productivité dans les chemins de fer malgré les économies imposées par le fédéral. (Belga)