"Il faut tout faire pour éviter que les navetteurs soient, en ce début d'année, confrontés à une paralysie générale du réseau de chemins de fer, avec des conséquences importantes pour notre économie", a déclaré le parti dans un communiqué. Le PS pointe du doigt l'absence de tout geste d'ouverture du gouvernement "alors que celui-ci est entièrement responsable de la situation dramatique de la SNCB et d'Infrabel". "Ce ne sont pas les cheminots mais bien le gouvernement qui a décidé d'imposer 2,1 milliards d'économies en 5 ans (soit 13,5% en moins sur la législature!) à un groupe déjà fortement fragilisé, au détriment direct du service au public et des travailleurs. A quelques heures de l'échéance, l'heure n'est plus aux déclarations incendiaires mais à la responsabilité et à la reprise du dialogue social", concluent les socialistes. (Belga)

"Il faut tout faire pour éviter que les navetteurs soient, en ce début d'année, confrontés à une paralysie générale du réseau de chemins de fer, avec des conséquences importantes pour notre économie", a déclaré le parti dans un communiqué. Le PS pointe du doigt l'absence de tout geste d'ouverture du gouvernement "alors que celui-ci est entièrement responsable de la situation dramatique de la SNCB et d'Infrabel". "Ce ne sont pas les cheminots mais bien le gouvernement qui a décidé d'imposer 2,1 milliards d'économies en 5 ans (soit 13,5% en moins sur la législature!) à un groupe déjà fortement fragilisé, au détriment direct du service au public et des travailleurs. A quelques heures de l'échéance, l'heure n'est plus aux déclarations incendiaires mais à la responsabilité et à la reprise du dialogue social", concluent les socialistes. (Belga)