Les trains ne circulent pas non plus entre Namur et Bruxelles, cependant un train circule en omnibus entre Ottignies et Bruxelles sur cette même ligne 161. Il y a également des trains entre Leuven et Bruxelles sur la ligne 36 mais ils ne vont pas jusqu'à Liège. En Flandre, la situation sur la ligne Anvers-Bruxelles (conséquence de la relation Anvers-Charleroi) s'améliore puisque plus d'un train sur deux y circule. Sur la relation vers l'aéroport de Bruxelles-National, plus d'un train sur deux circule également. Pour la journée de demain, la SNCB ne s'attend pas à de gros changements, avec de fortes perturbations voire une circulation quasi a l'arrêt dans le sud du pays et des perturbations moindres dans le Nord, la plupart étant des conséquences des relations qui traversent les différentes régions. Les ailes francophones des syndicats chrétien CSC-Transcom et socialiste CGSP-Cheminots ont déclenché mardi à 22h00 la grève pour manifester leur mécontentement après l'échec des négociations sur le protocole d'accord social 2016-2018 et les mesures d'augmentation de la productivité dans les chemins de fer malgré les économies imposées par le fédéral. (Belga)

Les trains ne circulent pas non plus entre Namur et Bruxelles, cependant un train circule en omnibus entre Ottignies et Bruxelles sur cette même ligne 161. Il y a également des trains entre Leuven et Bruxelles sur la ligne 36 mais ils ne vont pas jusqu'à Liège. En Flandre, la situation sur la ligne Anvers-Bruxelles (conséquence de la relation Anvers-Charleroi) s'améliore puisque plus d'un train sur deux y circule. Sur la relation vers l'aéroport de Bruxelles-National, plus d'un train sur deux circule également. Pour la journée de demain, la SNCB ne s'attend pas à de gros changements, avec de fortes perturbations voire une circulation quasi a l'arrêt dans le sud du pays et des perturbations moindres dans le Nord, la plupart étant des conséquences des relations qui traversent les différentes régions. Les ailes francophones des syndicats chrétien CSC-Transcom et socialiste CGSP-Cheminots ont déclenché mardi à 22h00 la grève pour manifester leur mécontentement après l'échec des négociations sur le protocole d'accord social 2016-2018 et les mesures d'augmentation de la productivité dans les chemins de fer malgré les économies imposées par le fédéral. (Belga)