Dimanche, le PS et les écologistes ont appelé le chef du gouvernement à "prendre les choses directement en main" face au blocage de la situation. Il serait d'ailleurs impossible à ces deux partis de rester dans un gouvernement qui aurait laissé mourir des personnes réclamant des papiers de séjour, ont-ils fait savoir. "Dans des moments où l'on a perdu -pour l'instant- 31 personnes, où des centaines de maisons ont été détruites, où des milliers de personnes n'ont plus de toit, la dernière chose dont les gens ont besoin, c'est une crise politique. On attend de nous que l'on trouve des solutions, pas que l'on crée des problèmes. J'espère que le bon sens reviendra vite dans ce dossier", a dit M. De Croo. Le Premier ministre a contesté les accusations d'inaction du secrétaire d'État dans ce dossier. Il a rappelé la création d'une zone neutre dans laquelle les grévistes de la faim peuvent recevoir des informations sur leur statut administratif et les procédures qu'ils peuvent entamer, les entretiens qui ont eu lieu avec les associations et les porte-paroles des grévistes, les visites sur les lieux du directeur de l'Office des étrangers et de responsables de la Croix-Rouge, l'intervention dimanche soir d'équipes médicales après concertation avec les autorités locales et la désignation ce lundi d'un médiateur. "Ceux qui disent que rien ne se passe devraient faire plus attention", a-t-il ajouté, en précisant qu'il faisait "confiance à 100%" au secrétaire d'État. (Belga)

Dimanche, le PS et les écologistes ont appelé le chef du gouvernement à "prendre les choses directement en main" face au blocage de la situation. Il serait d'ailleurs impossible à ces deux partis de rester dans un gouvernement qui aurait laissé mourir des personnes réclamant des papiers de séjour, ont-ils fait savoir. "Dans des moments où l'on a perdu -pour l'instant- 31 personnes, où des centaines de maisons ont été détruites, où des milliers de personnes n'ont plus de toit, la dernière chose dont les gens ont besoin, c'est une crise politique. On attend de nous que l'on trouve des solutions, pas que l'on crée des problèmes. J'espère que le bon sens reviendra vite dans ce dossier", a dit M. De Croo. Le Premier ministre a contesté les accusations d'inaction du secrétaire d'État dans ce dossier. Il a rappelé la création d'une zone neutre dans laquelle les grévistes de la faim peuvent recevoir des informations sur leur statut administratif et les procédures qu'ils peuvent entamer, les entretiens qui ont eu lieu avec les associations et les porte-paroles des grévistes, les visites sur les lieux du directeur de l'Office des étrangers et de responsables de la Croix-Rouge, l'intervention dimanche soir d'équipes médicales après concertation avec les autorités locales et la désignation ce lundi d'un médiateur. "Ceux qui disent que rien ne se passe devraient faire plus attention", a-t-il ajouté, en précisant qu'il faisait "confiance à 100%" au secrétaire d'État. (Belga)