Direction et syndicats se sont remis autour de la table depuis plus de deux heures pour mettre fin à la grève qui sévit depuis jeudi après-midi chez le bagagiste de Brussels Airport. "Les discussions sont très mauvaises. Nous sommes bloqués", témoigne le délégué syndical de la CGSLB Fouad Bougrine vers 17h30. Les syndicats disent s'adresser à "une direction totalement incompétente".

Une première réunion s'est tenue dimanche après-midi au sein du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale. Celle-ci, "qui s'est tenue à la demande de la direction, a duré une demi-heure maximum", a expliqué M. Bougrine qui n'y a vu aucun intérêt.

"Le compte-rendu est formel: cette procédure ne peut aider les négociations. (...) C'était une perte de temps."

Selon la direction, le bureau de conciliation a toutefois "constaté que les deux parties étaient encore en mesure de négocier et les a invitées à poursuivre leur négociation".

Celle-ci se tient à l'aéroport national, à Zaventem. Depuis jeudi, des centaines de vols ont été annulés à Brussels Airport alors que les vacances de la Toussaint ont débuté et que nombre de vacanciers souhaitaient s'envoler vers d'autres cieux. Dimanche, 150 vols sur les 550 prévus ont été supprimés.

Difficultés financières

Aviapartner est en difficulté financière, ressort-il des comptes annuels de la société pour l'exercice 2017. Les pertes s'accumulent en effet et le bagagiste a beaucoup de dettes.

La branche belge d'Aviapartner a déposé les comptes annuels de l'exercice 2017 le 19 octobre.

Selon les chiffres, la société d'assistance aéroportuaire a subi une perte nette de 2,842 millions d'euros l'an dernier. Au cours de l'exercice 2016, la perte s'élevait à 5,649 millions d'euros. Le chiffre d'affaires atteignait quant à lui les 61,5 millions d'euros, soit un meilleur résultat qu'en 2016. C'est principalement le lourd endettement qui poursuit Aviapartner.

Les comptes annuels montrent qu'à la fin de l'année dernière, l'entreprise avait quelque 49 millions d'euros de dettes et enregistrait une perte de plus de 24 millions d'euros.

Cette situation est principalement liée à la forte concurrence à Brussels Airport et à la crise financière de 2008. L'Américain HIG Capital, qui est devenu le principal actionnaire en 2014, n'a pas encore pu redresser la situation.

La société n'a été rentable qu'en 2015. Les résultats se sont détériorés depuis 2016. Les capitaux propres ont augmenté de 6.010 euros en 2017 pour atteindre 1.655.731 euros, mais Aviapartner n'a que peu de marge pour absorber la perte financière.

Direction et syndicats se sont remis autour de la table depuis plus de deux heures pour mettre fin à la grève qui sévit depuis jeudi après-midi chez le bagagiste de Brussels Airport. "Les discussions sont très mauvaises. Nous sommes bloqués", témoigne le délégué syndical de la CGSLB Fouad Bougrine vers 17h30. Les syndicats disent s'adresser à "une direction totalement incompétente". Une première réunion s'est tenue dimanche après-midi au sein du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale. Celle-ci, "qui s'est tenue à la demande de la direction, a duré une demi-heure maximum", a expliqué M. Bougrine qui n'y a vu aucun intérêt. "Le compte-rendu est formel: cette procédure ne peut aider les négociations. (...) C'était une perte de temps." Selon la direction, le bureau de conciliation a toutefois "constaté que les deux parties étaient encore en mesure de négocier et les a invitées à poursuivre leur négociation". Celle-ci se tient à l'aéroport national, à Zaventem. Depuis jeudi, des centaines de vols ont été annulés à Brussels Airport alors que les vacances de la Toussaint ont débuté et que nombre de vacanciers souhaitaient s'envoler vers d'autres cieux. Dimanche, 150 vols sur les 550 prévus ont été supprimés.Aviapartner est en difficulté financière, ressort-il des comptes annuels de la société pour l'exercice 2017. Les pertes s'accumulent en effet et le bagagiste a beaucoup de dettes. La branche belge d'Aviapartner a déposé les comptes annuels de l'exercice 2017 le 19 octobre. Selon les chiffres, la société d'assistance aéroportuaire a subi une perte nette de 2,842 millions d'euros l'an dernier. Au cours de l'exercice 2016, la perte s'élevait à 5,649 millions d'euros. Le chiffre d'affaires atteignait quant à lui les 61,5 millions d'euros, soit un meilleur résultat qu'en 2016. C'est principalement le lourd endettement qui poursuit Aviapartner. Les comptes annuels montrent qu'à la fin de l'année dernière, l'entreprise avait quelque 49 millions d'euros de dettes et enregistrait une perte de plus de 24 millions d'euros. Cette situation est principalement liée à la forte concurrence à Brussels Airport et à la crise financière de 2008. L'Américain HIG Capital, qui est devenu le principal actionnaire en 2014, n'a pas encore pu redresser la situation. La société n'a été rentable qu'en 2015. Les résultats se sont détériorés depuis 2016. Les capitaux propres ont augmenté de 6.010 euros en 2017 pour atteindre 1.655.731 euros, mais Aviapartner n'a que peu de marge pour absorber la perte financière.