Comme à Tournai, les agents de Lantin ont rejeté le protocole, estimant entre autres qu'il est impossible d'envisager de travailler avec 10% de personnel en moins. "Voilà treize jours que nous demandons au ministre Geens qu'il n'y ait pas de restructuration dans les prisons", commente M. Walthéry. "Nous poursuivrons notre action au finish, jusqu'à ce que nous soyons entendus". A titre d'exemple, le délégué syndical précise que la maison d'arrêt de la prison de Lantin héberge actuellement 580 détenus alors que la capacité d'accueil est normalement limitée à 340 places. "Nous travaillons aujourd'hui avec trois agents pour 80 détenus, c'est intenable", conclut-il. (Belga)

Comme à Tournai, les agents de Lantin ont rejeté le protocole, estimant entre autres qu'il est impossible d'envisager de travailler avec 10% de personnel en moins. "Voilà treize jours que nous demandons au ministre Geens qu'il n'y ait pas de restructuration dans les prisons", commente M. Walthéry. "Nous poursuivrons notre action au finish, jusqu'à ce que nous soyons entendus". A titre d'exemple, le délégué syndical précise que la maison d'arrêt de la prison de Lantin héberge actuellement 580 détenus alors que la capacité d'accueil est normalement limitée à 340 places. "Nous travaillons aujourd'hui avec trois agents pour 80 détenus, c'est intenable", conclut-il. (Belga)