Les gardiens de prison avaient 36 heures pour dire oui ou non au texte qui a été présenté et défendu ce samedi matin à la prison de Tournai par les représentants syndicaux lors d'une assemblée du personnel. Une cinquantaine d'agents étaient présents. "A l'unanimité, le protocole a été rejeté. Ces dernières 24 heures, la situation a été calme à l'intérieur de la prison de Tournai. Cependant, on ne sait pas comment vont réagir les détenus et prévenus lorsqu'ils apprendront que l'accord a été rejeté", indiquait vers 10h30 Grégory Wallez, permanent fédéral de la CGSP. A la prison de Leuze-en-Hainaut, l'accord sera présenté au personnel ce samedi à 14h. (Belga)

Les gardiens de prison avaient 36 heures pour dire oui ou non au texte qui a été présenté et défendu ce samedi matin à la prison de Tournai par les représentants syndicaux lors d'une assemblée du personnel. Une cinquantaine d'agents étaient présents. "A l'unanimité, le protocole a été rejeté. Ces dernières 24 heures, la situation a été calme à l'intérieur de la prison de Tournai. Cependant, on ne sait pas comment vont réagir les détenus et prévenus lorsqu'ils apprendront que l'accord a été rejeté", indiquait vers 10h30 Grégory Wallez, permanent fédéral de la CGSP. A la prison de Leuze-en-Hainaut, l'accord sera présenté au personnel ce samedi à 14h. (Belga)