Le personnel de plusieurs prisons a rejeté samedi le protocole d'accord noué par le ministre de la Justice et les syndicats. Les agents pénitentiaires sont déterminés à poursuivre le mouvement de grève au finish et ce sont les policiers qui sont appelés à les remplacer au sein des établissements. Vendredi, la Dernière Heure révélait que des agents de la police de la route et des enquêteurs de la PJF avaient également été appelés en renfort pour cette mission. "La situation actuelle n'est plus tenable", dénonce le SLFP. L'organisation rappelle que la police doit faire face à une pression importante depuis plusieurs mois à la suite des attentats de Paris et Bruxelles. Il souligne le fait que la présence de policiers en prison crée des tensions supplémentaires, les détenus étant incarcérés du fait du travail policier. Enfin, le SLFP fustige le fait que les remplacements se fassent aux frais des zones de police locale et de la police fédérale. Il demande dès lors au ministre de l'Intérieur de récupérer ces montants auprès du ministère de la Justice afin de les rétrocéder à la police. (Belga)

Le personnel de plusieurs prisons a rejeté samedi le protocole d'accord noué par le ministre de la Justice et les syndicats. Les agents pénitentiaires sont déterminés à poursuivre le mouvement de grève au finish et ce sont les policiers qui sont appelés à les remplacer au sein des établissements. Vendredi, la Dernière Heure révélait que des agents de la police de la route et des enquêteurs de la PJF avaient également été appelés en renfort pour cette mission. "La situation actuelle n'est plus tenable", dénonce le SLFP. L'organisation rappelle que la police doit faire face à une pression importante depuis plusieurs mois à la suite des attentats de Paris et Bruxelles. Il souligne le fait que la présence de policiers en prison crée des tensions supplémentaires, les détenus étant incarcérés du fait du travail policier. Enfin, le SLFP fustige le fait que les remplacements se fassent aux frais des zones de police locale et de la police fédérale. Il demande dès lors au ministre de l'Intérieur de récupérer ces montants auprès du ministère de la Justice afin de les rétrocéder à la police. (Belga)