Cet incident a fait monter la tension devant la prison mais les syndicalistes assurent qu'il n'y a pas eu de violence, et qu'ils laissent passer les personnes qui veulent travailler, soit une dizaine d'agents non grévistes mercredi matin. "Les agents ont refusé de donner leur carte d'identité parce qu'ils n'ont commis aucune infraction. Tout au plus, ceux qui veulent travailler doivent garer leur voiture le long de la route et marcher 150 mètres jusqu'à la prison. On a tout de même encore le droit de conscientiser les collègues à nos revendications ! Ce qui s'est passé ce matin avec la police est de la pure intimidation. Si les responsables croient qu'ils vont faire rentrer les agents en utilisant de tels moyens, ils se trompent lourdement", a indiqué le délégué CGSP Philippe Lievens. (Belga)

Cet incident a fait monter la tension devant la prison mais les syndicalistes assurent qu'il n'y a pas eu de violence, et qu'ils laissent passer les personnes qui veulent travailler, soit une dizaine d'agents non grévistes mercredi matin. "Les agents ont refusé de donner leur carte d'identité parce qu'ils n'ont commis aucune infraction. Tout au plus, ceux qui veulent travailler doivent garer leur voiture le long de la route et marcher 150 mètres jusqu'à la prison. On a tout de même encore le droit de conscientiser les collègues à nos revendications ! Ce qui s'est passé ce matin avec la police est de la pure intimidation. Si les responsables croient qu'ils vont faire rentrer les agents en utilisant de tels moyens, ils se trompent lourdement", a indiqué le délégué CGSP Philippe Lievens. (Belga)