En Wallonie, les chiffres de la grève n'étaient pas disponibles pour toutes les prisons de la Région, mais la situation apparaît beaucoup moins critique qu'à Bruxelles ou qu'au Nord du pays. Les prisons wallonnes les plus affectées par le mouvement social sont celles de Ittre (62% de grévistes), Marche-en-Famenne (52%), Leuze-en-Hainaut (43%) et Lantin (41%). Dans la prison de Huy, tout le personnel a par contre repris le travail.

En Flandre, les actions des grévistes affectent plus particulièrement les prisons de Ypres (82%), Anvers (82%), Audenarde (81%), Gand (80%) et Bruges (76%).

Une grève de 24 heures a débuté jeudi à 22h00 dans toutes les prisons du pays. Les syndicats entendent arrêter le travail durant deux tours d'horloge chaque semaine afin de protester contre la manière dont le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) veut introduire un service minimal en cas de grève dans les prisons.

En Wallonie, les chiffres de la grève n'étaient pas disponibles pour toutes les prisons de la Région, mais la situation apparaît beaucoup moins critique qu'à Bruxelles ou qu'au Nord du pays. Les prisons wallonnes les plus affectées par le mouvement social sont celles de Ittre (62% de grévistes), Marche-en-Famenne (52%), Leuze-en-Hainaut (43%) et Lantin (41%). Dans la prison de Huy, tout le personnel a par contre repris le travail. En Flandre, les actions des grévistes affectent plus particulièrement les prisons de Ypres (82%), Anvers (82%), Audenarde (81%), Gand (80%) et Bruges (76%). Une grève de 24 heures a débuté jeudi à 22h00 dans toutes les prisons du pays. Les syndicats entendent arrêter le travail durant deux tours d'horloge chaque semaine afin de protester contre la manière dont le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) veut introduire un service minimal en cas de grève dans les prisons.