La LDH soutient que sa décision est "à la mesure des enjeux et à l'aune de l'inertie de ce gouvernement et de ceux qui l'ont précédé". Elle ajoute que toutes les voies de recours ont été épuisées avant cette plainte au pénal. Elle tient à mettre "le gouvernement face à ses responsabilités à travers le chef du gouvernement, responsable de la politique d'austérité imposée notamment aux établissements pénitentiaires, et le ministre de la Justice, exécutant consentant d'une politique assimilable à non-assistance à personne en danger". Pour le président de la Ligue des droits de l'Homme Alexis Deswaef, "il est urgent que le gouvernement investisse politiquement et budgétairement dans une nouvelle politique pénale et carcérale humaine". Une grève est menée dans plusieurs prisons de Wallonie et de Bruxelles depuis le 25 avril à 22H00. En raison de cette grève, la Belgique a déjà été condamnée à plusieurs reprises pour violation des droits de détenus. (Belga)

La LDH soutient que sa décision est "à la mesure des enjeux et à l'aune de l'inertie de ce gouvernement et de ceux qui l'ont précédé". Elle ajoute que toutes les voies de recours ont été épuisées avant cette plainte au pénal. Elle tient à mettre "le gouvernement face à ses responsabilités à travers le chef du gouvernement, responsable de la politique d'austérité imposée notamment aux établissements pénitentiaires, et le ministre de la Justice, exécutant consentant d'une politique assimilable à non-assistance à personne en danger". Pour le président de la Ligue des droits de l'Homme Alexis Deswaef, "il est urgent que le gouvernement investisse politiquement et budgétairement dans une nouvelle politique pénale et carcérale humaine". Une grève est menée dans plusieurs prisons de Wallonie et de Bruxelles depuis le 25 avril à 22H00. En raison de cette grève, la Belgique a déjà été condamnée à plusieurs reprises pour violation des droits de détenus. (Belga)