"En 2015, la zone de police avait fourni 450 heures de travail à la prison à la suite des grèves, soit 16.000 euros. Cette année, je n'ai le décompte des heures que jusque dimanche soir. Pour cette première grève de l'année, on en était à 1.080 heures. Ce qui représente un coût de 42.000 euros", a précisé le commissaire divisionnaire Neyman. Le relevé de ces coûts pour la zone de police sera envoyé pour information au gouvernement fédéral. Tout comme une motion votée à l'unanimité demandant notamment d'envisager de confier à d'autres instances que la police locale le remplacement des gardiens grévistes. A défaut de mesures structurelles rapides, le conseil de police demande la fourniture de moyens financiers ou humains supplémentaires à la zone Nivelles-Genappe. (Belga)

"En 2015, la zone de police avait fourni 450 heures de travail à la prison à la suite des grèves, soit 16.000 euros. Cette année, je n'ai le décompte des heures que jusque dimanche soir. Pour cette première grève de l'année, on en était à 1.080 heures. Ce qui représente un coût de 42.000 euros", a précisé le commissaire divisionnaire Neyman. Le relevé de ces coûts pour la zone de police sera envoyé pour information au gouvernement fédéral. Tout comme une motion votée à l'unanimité demandant notamment d'envisager de confier à d'autres instances que la police locale le remplacement des gardiens grévistes. A défaut de mesures structurelles rapides, le conseil de police demande la fourniture de moyens financiers ou humains supplémentaires à la zone Nivelles-Genappe. (Belga)