Le député Christian Brotcorne (cdH) a formulé la demande devant la Commission de la Justice, y ajoutant la proposition d'une visite de la prison de Forest pour permettre au parlement de se rendre compte de la situation extrêmement tendue. "Au jour le jour, nous constatons que la situation se dégrade et on est au bord de l'insurrection dans certaines prisons du pays. J'ai été interpellé par les déclarations de M. Geens: il est arrivé au bout du rouleau et n'a plus de moyens de négociation. Il a fait appel au gouvernement. Il faut que le premier ministre prenne la main", a expliqué le centriste, rejoint par Marcel Cheron (Ecolo-Groen) et Özlem Özen (PS). "Le ministre est venu sur les plateaux de télévision pour crier au secours", a renchéri l'écologiste. La majorité a vu derrière la demande une manoeuvre qui risque d'être préjudiciable à la concertation sociale en cours. La N-VA a mis en cause un "petit jeu politique" de l'opposition francophone en faisant remarquer que la grève touchait Bruxelles et la Wallonie mais très peu la Flandre. Le CD&V a appelé l'opposition à laisser le ministre de la Justice travailler. L'ambiance n'était toutefois pas au beau fixe dans la majorité. Le député Raf Terwingen (CD&V) n'a pas goûté les remarques des nationalistes flamands sur la gestion du problème carcéral en Belgique pendant les législatures précédentes. (Belga)

Le député Christian Brotcorne (cdH) a formulé la demande devant la Commission de la Justice, y ajoutant la proposition d'une visite de la prison de Forest pour permettre au parlement de se rendre compte de la situation extrêmement tendue. "Au jour le jour, nous constatons que la situation se dégrade et on est au bord de l'insurrection dans certaines prisons du pays. J'ai été interpellé par les déclarations de M. Geens: il est arrivé au bout du rouleau et n'a plus de moyens de négociation. Il a fait appel au gouvernement. Il faut que le premier ministre prenne la main", a expliqué le centriste, rejoint par Marcel Cheron (Ecolo-Groen) et Özlem Özen (PS). "Le ministre est venu sur les plateaux de télévision pour crier au secours", a renchéri l'écologiste. La majorité a vu derrière la demande une manoeuvre qui risque d'être préjudiciable à la concertation sociale en cours. La N-VA a mis en cause un "petit jeu politique" de l'opposition francophone en faisant remarquer que la grève touchait Bruxelles et la Wallonie mais très peu la Flandre. Le CD&V a appelé l'opposition à laisser le ministre de la Justice travailler. L'ambiance n'était toutefois pas au beau fixe dans la majorité. Le député Raf Terwingen (CD&V) n'a pas goûté les remarques des nationalistes flamands sur la gestion du problème carcéral en Belgique pendant les législatures précédentes. (Belga)