Le syndicat affirme avoir "à plusieurs reprises" tenté de convaincre la DG EPI que les visites non surveillées présentent un risque accru de propagation du coronavirus. Selon les représentants pénitentiaires, les visites non surveillées ont été de nouveau autorisées sans être assorties d'une période de quarantaine. Compte tenu des avis du Conseil national de sécurité, les syndicats ont demandé que la quarantaine soit réintroduite, mais pour une durée de sept jours et liée à deux tests. La grève est prévue jusqu'au 7 octobre à 22h00. (Belga)

Le syndicat affirme avoir "à plusieurs reprises" tenté de convaincre la DG EPI que les visites non surveillées présentent un risque accru de propagation du coronavirus. Selon les représentants pénitentiaires, les visites non surveillées ont été de nouveau autorisées sans être assorties d'une période de quarantaine. Compte tenu des avis du Conseil national de sécurité, les syndicats ont demandé que la quarantaine soit réintroduite, mais pour une durée de sept jours et liée à deux tests. La grève est prévue jusqu'au 7 octobre à 22h00. (Belga)