Mercredi dès 07h30, les travailleurs du centre d'insertion socioprofessionnelle Jefar établiront à nouveau un piquet de grève face à l'entreprise, située sur le quai Mativa à Liège, comme ils le font chaque jour depuis jeudi dernier. A leur demande, une rencontre avec le conseil d'administration s'est déroulée mardi soir. A l'issue de cette rencontre, les travailleurs ont décidé de poursuivre le mouvement. Ils ont estimé les propositions mises sur la table insuffisantes. La direction et le conseil d'administration ont ainsi réitéré la proposition de faire intervenir une société extérieure pour rétablir la communication au sein de l'entreprise. La mise en place d'une boîte à outils et d'un bureau d'accompagnement ont également été proposés. "Cela ne satisfait pas les travailleurs. Dès lors, nous demanderons officiellement que soit fixé un bureau de conciliation", précise la représentante syndicale. Les travailleurs se disent déterminés à poursuivre le mouvement en vue d'obtenir la réintégration du coordinateur licencié ainsi qu'une amélioration au niveau du management. Ils dénoncent, en effet, un profond malaise au sein de l'entreprise depuis plusieurs années. Jefar est un centre d'insertion socio-professionnelle qui dispense des formations théoriques et pratiques à des stagiaires. On y dénombre une trentaine d'employés, qui sont des formateurs et coordinateurs. (Belga)

Mercredi dès 07h30, les travailleurs du centre d'insertion socioprofessionnelle Jefar établiront à nouveau un piquet de grève face à l'entreprise, située sur le quai Mativa à Liège, comme ils le font chaque jour depuis jeudi dernier. A leur demande, une rencontre avec le conseil d'administration s'est déroulée mardi soir. A l'issue de cette rencontre, les travailleurs ont décidé de poursuivre le mouvement. Ils ont estimé les propositions mises sur la table insuffisantes. La direction et le conseil d'administration ont ainsi réitéré la proposition de faire intervenir une société extérieure pour rétablir la communication au sein de l'entreprise. La mise en place d'une boîte à outils et d'un bureau d'accompagnement ont également été proposés. "Cela ne satisfait pas les travailleurs. Dès lors, nous demanderons officiellement que soit fixé un bureau de conciliation", précise la représentante syndicale. Les travailleurs se disent déterminés à poursuivre le mouvement en vue d'obtenir la réintégration du coordinateur licencié ainsi qu'une amélioration au niveau du management. Ils dénoncent, en effet, un profond malaise au sein de l'entreprise depuis plusieurs années. Jefar est un centre d'insertion socio-professionnelle qui dispense des formations théoriques et pratiques à des stagiaires. On y dénombre une trentaine d'employés, qui sont des formateurs et coordinateurs. (Belga)