Parmi ce groupe, "une personne a dû être hospitalisée", a indiqué dimanche une responsable du bureau de presse des gardes-côtes, sans donner plus de détails. Le reste des membres du groupe ont été transférés sains et saufs dans une installation pour migrants et placés en quarantaine pour sept jours en vertu des mesures actuelles concernant la lutte contre le Covid-19, selon la même source. Selon l'Agence de presse grecque (Ana), le groupe de migrants est constitué de dix femmes, dix enfants et seize hommes, tous originaires d'Iran et d'Afghanistan. L'embarcation de migrants a été repérée samedi matin, et l'opération de secours et de transfert a eu lieu samedi à minuit, selon les gardes-côtes. Les ONG de défense de migrants, Aegean Boat Report et Watch the Med, ont dénoncé sur les réseaux sociaux le fait que les gardes-côtes grecs et turcs aient laissé l'embarcation en détresse au large "pendant 14 heures" samedi, en se renvoyant la responsabilité, comme ils le font d'habitude dans ce passage migratoire. Finalement, vu que l'embarcation se trouvait dans les eaux grecques, les gardes-côtes grecs ont dû samedi soir secourir les migrants. Cette étroite zone maritime entre la Grèce et la Turquie en mer Egée est un fréquent passage des migrants qui tentent gagner l'Europe en fuyant guerre et pauvreté. Après de nombreux rapports des ONG et médias publiés ces derniers mois et accusant la Grèce de refouler les migrants en Turquie, le Haut commissariat des réfugiés (HCR), l'Organisation internationale des Migrations (IOM) et l'Union européenne (UE) ont appelé vendredi Athènes à "ouvrir en urgence une enquête" sur la question et "prendre les mesures nécessaires". Il s'agit de la troisième embarcation arrivée à Lesbos depuis le début du mois de juin: au total 108 migrants ont été secourus au large de l'île ces quinze derniers jours, selon l'Ana, ce qui montre une reprise du nombre de migrants après une baisse importante les mois précédents à cause des restrictions concernant le Covid-19. (Belga)

Parmi ce groupe, "une personne a dû être hospitalisée", a indiqué dimanche une responsable du bureau de presse des gardes-côtes, sans donner plus de détails. Le reste des membres du groupe ont été transférés sains et saufs dans une installation pour migrants et placés en quarantaine pour sept jours en vertu des mesures actuelles concernant la lutte contre le Covid-19, selon la même source. Selon l'Agence de presse grecque (Ana), le groupe de migrants est constitué de dix femmes, dix enfants et seize hommes, tous originaires d'Iran et d'Afghanistan. L'embarcation de migrants a été repérée samedi matin, et l'opération de secours et de transfert a eu lieu samedi à minuit, selon les gardes-côtes. Les ONG de défense de migrants, Aegean Boat Report et Watch the Med, ont dénoncé sur les réseaux sociaux le fait que les gardes-côtes grecs et turcs aient laissé l'embarcation en détresse au large "pendant 14 heures" samedi, en se renvoyant la responsabilité, comme ils le font d'habitude dans ce passage migratoire. Finalement, vu que l'embarcation se trouvait dans les eaux grecques, les gardes-côtes grecs ont dû samedi soir secourir les migrants. Cette étroite zone maritime entre la Grèce et la Turquie en mer Egée est un fréquent passage des migrants qui tentent gagner l'Europe en fuyant guerre et pauvreté. Après de nombreux rapports des ONG et médias publiés ces derniers mois et accusant la Grèce de refouler les migrants en Turquie, le Haut commissariat des réfugiés (HCR), l'Organisation internationale des Migrations (IOM) et l'Union européenne (UE) ont appelé vendredi Athènes à "ouvrir en urgence une enquête" sur la question et "prendre les mesures nécessaires". Il s'agit de la troisième embarcation arrivée à Lesbos depuis le début du mois de juin: au total 108 migrants ont été secourus au large de l'île ces quinze derniers jours, selon l'Ana, ce qui montre une reprise du nombre de migrants après une baisse importante les mois précédents à cause des restrictions concernant le Covid-19. (Belga)