Le nouveau Premier ministre conservateur a remporté le vote de confiance avec 158 voix contre 142, sur 300 élus, à l'issue de trois jours de débats et de présentations du programme du gouvernement nouvellement élu. Le résultat du vote était attendu puisque le parti conservateur Nouvelle Démocratie du Premier ministre dispose de la majorité absolue, avec 158 sièges sur 300. "Nous devons donner un message d'optimisme que quelque chose change enfin dans ce pays", a déclaré Kyriakos Mitsotakis avant le vote. "Le défi central pour la Grèce est de produire plus de richesse et de la distribuer de manière juste", a ajouté le Premier ministre. Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, qui s'était engagé pendant la campagne électorale à alléger la taxe foncière de 30% d'ici à 2020, a également annoncé qu'une première baisse d'en moyenne 22% serait votée "dans la semaine" et mise en application dès le mois d'août. En septembre, la taxe sur les revenus des entreprises passera également de 28 à 24%. Kyriakos Mitsotakis a dès sa campagne mis l'accent sur la baisse des impôts nécessaire selon lui pour stimuler la croissance grecque et créer des emplois. Le Premier ministre a également annoncé l'embauche de 1.500 policiers pour renforcer la sécurité dans les centres urbains, et de 2.000 personnes dans les hôpitaux, en particulier des infirmiers. Pour financer son programme, le Premier ministre grec entend renégocier l'objectif d'excédent budgétaire de 3,5% du PIB jusqu'en 2022. Mais quelques heures après son élection le 7 juillet, Kyriakos Mitsotakis avait déjà dû faire face aux mises en garde de Bruxelles. Il faut "respecter les engagements", avait déclaré Mario Centeno, président de l'Eurogroupe. Le projet de budget pour 2020 qui sera soumis au Parlement en septembre respectera donc les engagements fiscaux du gouvernement précédent convenu avec les créanciers du pays. "A partir de 2020, nous pourrons négocier des excédents budgétaires plus réalistes. Nous allons payer notre dette grâce aux excédents de la croissance, et non en sacrifiant la classe moyenne", a lancé le Premier ministre grec à la tribune du Parlement. Les marchés internationaux ont réagi positivement au nouveau gouvernement: l'émission obligataire a connu mardi dernier un franc succès, avec un taux historiquement bas (1,9%) pour un pays longtemps écarté des marchés. "C'est un vote de confiance dans les perspectives de croissance de la Grèce", avait réagi sur son compte twitter le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis. (Belga)