"Les fronts des feux sont toujours actifs" sur l'île d'Eubée et en Arcadie, Messénie et dans le Magne, sur la péninsule du Péloponnèse, deux régions où "les reprises sont constantes", a indiqué à l'AFP une responsable des services de pompiers. Un nouvel incendie s'est déclaré jeudi matin dans des broussailles à Aspropyrgos, une zone industrielle à une trentaine de kilomètres à l'ouest d'Athènes. La baisse du mercure jeudi, prévu à 33 degrés maximum selon la météo, et les précipitations qui sont tombées dans la nuit sur Eubée, le Péloponnèse et la Grèce centrale ont contribué à "améliorer la situation", a indiqué Stathis Koulis, maire de Gortynia. Ce village situé dans la région montagneuse d'Arcadie dans Péloponnèse est le principal foyer de la péninsule, où les ravins rendent difficile le travail des pompiers. Une vingtaine de villages y ont été évacués ces derniers jours et 680 pompiers dont plus d'une centaine de Français aidés de cinq bombardiers d'eau bataillaient sans relâche contre les flammes. Devant l'ampleur des incendies qui frappent la Grèce, de nombreux pays, surtout européens, ont envoyé plus de 1.200 renforts, des véhicules et du matériel. Trois personnes ont trouvé la mort dans les incendies qui ont ravagé près de 100.000 hectares en Grèce depuis le 29 juillet, selon le Système européen d'information sur les feux de forêts (EFFIS), et entraîné la fuite de milliers d'habitants. En huit jours, 586 feux ont été dénombrés en Grèce, attisés par la pire canicule en trois décennies dans un pays méditerranéen pourtant coutumier des fortes chaleurs et des feux de forêt en période estivale. (Belga)

"Les fronts des feux sont toujours actifs" sur l'île d'Eubée et en Arcadie, Messénie et dans le Magne, sur la péninsule du Péloponnèse, deux régions où "les reprises sont constantes", a indiqué à l'AFP une responsable des services de pompiers. Un nouvel incendie s'est déclaré jeudi matin dans des broussailles à Aspropyrgos, une zone industrielle à une trentaine de kilomètres à l'ouest d'Athènes. La baisse du mercure jeudi, prévu à 33 degrés maximum selon la météo, et les précipitations qui sont tombées dans la nuit sur Eubée, le Péloponnèse et la Grèce centrale ont contribué à "améliorer la situation", a indiqué Stathis Koulis, maire de Gortynia. Ce village situé dans la région montagneuse d'Arcadie dans Péloponnèse est le principal foyer de la péninsule, où les ravins rendent difficile le travail des pompiers. Une vingtaine de villages y ont été évacués ces derniers jours et 680 pompiers dont plus d'une centaine de Français aidés de cinq bombardiers d'eau bataillaient sans relâche contre les flammes. Devant l'ampleur des incendies qui frappent la Grèce, de nombreux pays, surtout européens, ont envoyé plus de 1.200 renforts, des véhicules et du matériel. Trois personnes ont trouvé la mort dans les incendies qui ont ravagé près de 100.000 hectares en Grèce depuis le 29 juillet, selon le Système européen d'information sur les feux de forêts (EFFIS), et entraîné la fuite de milliers d'habitants. En huit jours, 586 feux ont été dénombrés en Grèce, attisés par la pire canicule en trois décennies dans un pays méditerranéen pourtant coutumier des fortes chaleurs et des feux de forêt en période estivale. (Belga)