"Lundi, sept autocars avec 300 personnes ont quitté Idomeni" où séjournent toujours plus de 11.000 personnes dans des conditions misérables, a indiqué cette source à l'AFP. Selon un journaliste de l'AFP, deux autocars (près de 100 réfugiés) sont partis mardi matin tandis que quatre autres s'apprêtaient également à quitter les lieux en début d'après-midi. L'ONG pour la "Libération des enfants chrétiens et yazidis de l'Irak" (CYCI) a indiqué à l'AFP s'être chargée de transférer une centaine de personnes dans un camp près de Veria, ville dans le nord de la Grèce. Liene Veide, le responsable du Haut-commissariat des réfugiés (HCR) à Idomeni a confirmé à l'AFP que de plus en plus de réfugiés "souhaitaient quitter Idomeni". "Les réfugiés ne se sentent ni à l'aise ni en sécurité après ces récents incidents. C'est pourquoi il faut ouvrir le plus tôt possible de nouveaux camps", a-t-il souligné auprès de l'AFP. (Belga)

"Lundi, sept autocars avec 300 personnes ont quitté Idomeni" où séjournent toujours plus de 11.000 personnes dans des conditions misérables, a indiqué cette source à l'AFP. Selon un journaliste de l'AFP, deux autocars (près de 100 réfugiés) sont partis mardi matin tandis que quatre autres s'apprêtaient également à quitter les lieux en début d'après-midi. L'ONG pour la "Libération des enfants chrétiens et yazidis de l'Irak" (CYCI) a indiqué à l'AFP s'être chargée de transférer une centaine de personnes dans un camp près de Veria, ville dans le nord de la Grèce. Liene Veide, le responsable du Haut-commissariat des réfugiés (HCR) à Idomeni a confirmé à l'AFP que de plus en plus de réfugiés "souhaitaient quitter Idomeni". "Les réfugiés ne se sentent ni à l'aise ni en sécurité après ces récents incidents. C'est pourquoi il faut ouvrir le plus tôt possible de nouveaux camps", a-t-il souligné auprès de l'AFP. (Belga)