"Un accord est intervenu entre le gouvernement et le secteur des télécom, il doit encore faire l'objet de vérifications juridiques", selon M. Lacroix (PS).

Cet accord prévoit pour la Région d'ajuster son budget 2017 pour réduire les recettes prévues initialement à 22 millions d'euros par an à 10 millions d'euros par an, sur quatre ans, a-t-il détaillé.

En contrepartie, les opérateurs s'engagent à investir dans la couverture du territoire wallon, en particulier dans les zones dites "blanches" ou "grises", moins bien couvertes. La Wallonie s'engage de son côté à revoir son cadre fiscal sur les mâts GSM.

Le gouvernement wallon avait subi ces dernières années plusieurs revers juridiques sur cette taxe que les opérateurs contestaient, mais il la maintenait dans ses budgets afin de faire pression dans la négociation avec les opérateurs télécom.

M. Lacroix était interrogé sur l'avenir de cette taxe par les députés Jean-Luc Crucke (MR), Stéphane Hazée (Ecolo) et Dimitri Fourny (cdH).

"Un accord est intervenu entre le gouvernement et le secteur des télécom, il doit encore faire l'objet de vérifications juridiques", selon M. Lacroix (PS). Cet accord prévoit pour la Région d'ajuster son budget 2017 pour réduire les recettes prévues initialement à 22 millions d'euros par an à 10 millions d'euros par an, sur quatre ans, a-t-il détaillé. En contrepartie, les opérateurs s'engagent à investir dans la couverture du territoire wallon, en particulier dans les zones dites "blanches" ou "grises", moins bien couvertes. La Wallonie s'engage de son côté à revoir son cadre fiscal sur les mâts GSM. Le gouvernement wallon avait subi ces dernières années plusieurs revers juridiques sur cette taxe que les opérateurs contestaient, mais il la maintenait dans ses budgets afin de faire pression dans la négociation avec les opérateurs télécom. M. Lacroix était interrogé sur l'avenir de cette taxe par les députés Jean-Luc Crucke (MR), Stéphane Hazée (Ecolo) et Dimitri Fourny (cdH).