Angela Merkel, qui avait reconnu jeudi l'existence de "différences profondes" avec ses partenaires potentiels, retrouvera les négociateurs vendredi à partir de midi pour une tentative ultime de mettre sur pied une coalition. Si aucun compromis n'est trouvé, des législatives anticipées risquent d'être convoquées. S'ils parviennent finalement à un accord vendredi, ils entameront l'élaboration d'un "contrat de coalition" avec l'objectif de former, au plus tôt d'ici Noël, un quatrième gouvernement dirigé par Angela Merkel. "Nous allons aux prolongations", a lancé le co-présient des Verts, Cem Özdemir, à l'issue de négociations marathon interrompues après 04h00 du matin. "Il y a encore des différences de vue en particulier sur les questions d'immigration et de politique financière", a reconnu de son côté le dirigeant du Parti libéral (FDP), Christian Lindner. Toutefois, il a jugé ces différences "surmontables". Angela Merkel a quitté les négociations vers 04h45 sans faire la moindre déclaration. (Belga)

Angela Merkel, qui avait reconnu jeudi l'existence de "différences profondes" avec ses partenaires potentiels, retrouvera les négociateurs vendredi à partir de midi pour une tentative ultime de mettre sur pied une coalition. Si aucun compromis n'est trouvé, des législatives anticipées risquent d'être convoquées. S'ils parviennent finalement à un accord vendredi, ils entameront l'élaboration d'un "contrat de coalition" avec l'objectif de former, au plus tôt d'ici Noël, un quatrième gouvernement dirigé par Angela Merkel. "Nous allons aux prolongations", a lancé le co-présient des Verts, Cem Özdemir, à l'issue de négociations marathon interrompues après 04h00 du matin. "Il y a encore des différences de vue en particulier sur les questions d'immigration et de politique financière", a reconnu de son côté le dirigeant du Parti libéral (FDP), Christian Lindner. Toutefois, il a jugé ces différences "surmontables". Angela Merkel a quitté les négociations vers 04h45 sans faire la moindre déclaration. (Belga)