Les nouvelles règles créeront une base de données européenne commune des études commanditées, afin de dissuader les entreprises qui demandent une autorisation pour un produit de passer sous silence les études défavorables à ce dernier. Cela permettra à l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) de rendre publiques les études soumises pour examen par des tiers, ce qui pourrait permettre de déterminer si d'autres données ou études scientifiques pertinentes existent. Afin de garantir la transparence des nouvelles règles, les demandeurs devront divulguer toutes les informations pertinentes pour l'évaluation de la sécurité. Toutefois, certains renseignements tels que le procédé de fabrication ou de production pourront demeurer confidentiels. La révision concerne non seulement les denrées alimentaires relatives aux pesticides, mais aussi aux OGM, additifs alimentaires et nouveaux aliments. Les ministres de l'UE doivent encore approuver formellement le texte avant qu'il puisse entrer en vigueur. (Belga)

Les nouvelles règles créeront une base de données européenne commune des études commanditées, afin de dissuader les entreprises qui demandent une autorisation pour un produit de passer sous silence les études défavorables à ce dernier. Cela permettra à l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) de rendre publiques les études soumises pour examen par des tiers, ce qui pourrait permettre de déterminer si d'autres données ou études scientifiques pertinentes existent. Afin de garantir la transparence des nouvelles règles, les demandeurs devront divulguer toutes les informations pertinentes pour l'évaluation de la sécurité. Toutefois, certains renseignements tels que le procédé de fabrication ou de production pourront demeurer confidentiels. La révision concerne non seulement les denrées alimentaires relatives aux pesticides, mais aussi aux OGM, additifs alimentaires et nouveaux aliments. Les ministres de l'UE doivent encore approuver formellement le texte avant qu'il puisse entrer en vigueur. (Belga)