Ils étaient 950 selon une source policière. C'est le troisième samedi consécutif que le préfet du Nord interdit toute manifestation de "gilets jaunes" dans le centre, proposant un "itinéraire de substitution" qui traverse les quartiers plus au sud de la ville. "Grand débat = grande arnaque", "Porte parole Sibeth pour gouvernement Sicon, logique", "Vivre en France coûte un bras, t'en plaindre coûte un oeil", pouvait-on lire sur des pancartes. "Frexit", était-il aussi écrit au dos de plusieurs "gilets jaunes". "La rue est à nous", "Macron démission", "Castaner en prison", ont en outre scandé les manifestants dont plusieurs tenaient des drapeaux français. Quelques tensions ont éclaté entre manifestants et policiers qui ont notamment fait usage de gaz lacrymogène. (Belga)

Ils étaient 950 selon une source policière. C'est le troisième samedi consécutif que le préfet du Nord interdit toute manifestation de "gilets jaunes" dans le centre, proposant un "itinéraire de substitution" qui traverse les quartiers plus au sud de la ville. "Grand débat = grande arnaque", "Porte parole Sibeth pour gouvernement Sicon, logique", "Vivre en France coûte un bras, t'en plaindre coûte un oeil", pouvait-on lire sur des pancartes. "Frexit", était-il aussi écrit au dos de plusieurs "gilets jaunes". "La rue est à nous", "Macron démission", "Castaner en prison", ont en outre scandé les manifestants dont plusieurs tenaient des drapeaux français. Quelques tensions ont éclaté entre manifestants et policiers qui ont notamment fait usage de gaz lacrymogène. (Belga)