"L'idée est de faire tâche d'huile", a souligné la cheffe de file Ecolo Anne Beghin lors de la discussion au terme de laquelle les élus locaux MR, cdH, Ecolo et PS ont tous voté en faveur de cette motion. Le public présent dans la salle du conseil a spontanément applaudi cette unanimité. Le premier article de la motion indique que le conseil communal de Genappe "s'oppose fermement à ce que des enfants soient détenus dans notre pays sur base de leur statut migratoire ou de celui de leur parent ou tuteur". Il rappelle ensuite "avec force" que les enfants doivent être traités comme des enfants, qu'ils doivent être et rester libres, soignés, protégés et ne doivent pas être séparés de leurs parents. Le texte "exige" dès lors du Premier ministre et du secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration l'arrêt des enfermements de familles avec enfant en situation irrégulière. Lors des débats, la majorité MR-IC avait dans un premier temps suggéré un amendement préconisant plutôt l'utilisation de maisons de retour. Mais cet ajout n'ayant pas été discuté lors de la préparation de la motion en commun par tous les groupes politiques, il divisait les conseillers communaux et le bourgmestre Couronné a finalement accepté de ne pas mettre cet amendement au vote, préservant ainsi la motion initiale. (Belga)

"L'idée est de faire tâche d'huile", a souligné la cheffe de file Ecolo Anne Beghin lors de la discussion au terme de laquelle les élus locaux MR, cdH, Ecolo et PS ont tous voté en faveur de cette motion. Le public présent dans la salle du conseil a spontanément applaudi cette unanimité. Le premier article de la motion indique que le conseil communal de Genappe "s'oppose fermement à ce que des enfants soient détenus dans notre pays sur base de leur statut migratoire ou de celui de leur parent ou tuteur". Il rappelle ensuite "avec force" que les enfants doivent être traités comme des enfants, qu'ils doivent être et rester libres, soignés, protégés et ne doivent pas être séparés de leurs parents. Le texte "exige" dès lors du Premier ministre et du secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration l'arrêt des enfermements de familles avec enfant en situation irrégulière. Lors des débats, la majorité MR-IC avait dans un premier temps suggéré un amendement préconisant plutôt l'utilisation de maisons de retour. Mais cet ajout n'ayant pas été discuté lors de la préparation de la motion en commun par tous les groupes politiques, il divisait les conseillers communaux et le bourgmestre Couronné a finalement accepté de ne pas mettre cet amendement au vote, préservant ainsi la motion initiale. (Belga)