Voici 100 ans, à l'issue de la Première Guerre mondiale, 35.000 tonnes de munitions ont été déversées au large de Knokke-Heist. Le journal Het Laatste Nieuws rapportait jeudi que des traces de gaz moutarde avaient été décelées. Les derniers contrôles, à la fin de l'an dernier, ont révélé des traces de contaminations dans deux des 23 sites examinés. "Nous suivons la situation de près. Nous évaluons la situation sur le Paardenmarkt sur base d'un échantillonnage annuel. Il n'y a rien de mauvais, rien ne doit être évacué et il n'y a pas de raison de paniquer", indique encore la porte-parole. De nouveaux échantillons ont été prélevés voici deux semaines. Les résultats ne sont pas encore connus. "Nous attendons les résultats des nouvelles analyses. Il est important d'avoir des faits scientifiques établis avant de prendre des décisions", ajoute-t-elle. Le Département Economie, Sciences et Innovation des autorités flamandes a indiqué jeudi, dans ce cadre, que le projet "Evacuation des munitions immergées dans la mer du Nord" était l'un des 50 marchés publics innovants des autorités. La section Accès maritime veut faire réaliser un test qui doit montrer comment les munitions peuvent être évacuées de manière sûre, rapide et rentable. Le département organise une consultation de marché sur ce point après l'été. (Belga)