Pologne et Hongrie ont bloqué lundi en réunion des ambassadeurs des Etats membres le feu vert unanime nécessaire pour valider l'accord que négociateurs du Conseil et du Parlement européen avaient dégagé la semaine dernière, sur le cadre budgétaire 2021-2027 de l'Union. La question de lier les aides européennes à la relance économique au respect de l'Etat de droit est au coeur du blocage. Mercredi, la Slovénie a rejoint les deux pays récalcitrants. Interrogé jeudi à la Chambre par Patrick Dewael (Open Vld), Els Van Hoof (CD&V) et Philippe Goffin (MR), Alexander De Croo a appelé à "garder son sang-froid". "Ceux qui bloquent jouent gros car ils mettent en jeu un paquet de mesures dont l'Europe a besoin, y compris la Hongrie et la Pologne", a-t-il indiqué. "Les valeurs de base ne sont pas négociables, mais il faut garder la tête froide. S'il y a des préoccupations, on essayera d'y répondre. Mais on n'abandonnera pas les principes fondamentaux", a conclu le Premier ministre ajoutant qu'un "compromis nuancé" était attendu. "La coopération renforcée doit être la réponse à l'entêtement de la Pologne, de la Hongrie et de la Slovénie", a estimé Patrick Dewael. "Ils disent: 'ce qui importe pour nous c'est le fric. Mais les normes et les valeurs, ne venez pas avec ces histoires-là'. Sur ces valeurs, nous ne pouvons pas transiger". "Quand certains pays veulent s'affranchir des règles de l'Etat de droit, nous avons mal à l'Europe", a de son côté observé Philippe Goffin. (Belga)

Pologne et Hongrie ont bloqué lundi en réunion des ambassadeurs des Etats membres le feu vert unanime nécessaire pour valider l'accord que négociateurs du Conseil et du Parlement européen avaient dégagé la semaine dernière, sur le cadre budgétaire 2021-2027 de l'Union. La question de lier les aides européennes à la relance économique au respect de l'Etat de droit est au coeur du blocage. Mercredi, la Slovénie a rejoint les deux pays récalcitrants. Interrogé jeudi à la Chambre par Patrick Dewael (Open Vld), Els Van Hoof (CD&V) et Philippe Goffin (MR), Alexander De Croo a appelé à "garder son sang-froid". "Ceux qui bloquent jouent gros car ils mettent en jeu un paquet de mesures dont l'Europe a besoin, y compris la Hongrie et la Pologne", a-t-il indiqué. "Les valeurs de base ne sont pas négociables, mais il faut garder la tête froide. S'il y a des préoccupations, on essayera d'y répondre. Mais on n'abandonnera pas les principes fondamentaux", a conclu le Premier ministre ajoutant qu'un "compromis nuancé" était attendu. "La coopération renforcée doit être la réponse à l'entêtement de la Pologne, de la Hongrie et de la Slovénie", a estimé Patrick Dewael. "Ils disent: 'ce qui importe pour nous c'est le fric. Mais les normes et les valeurs, ne venez pas avec ces histoires-là'. Sur ces valeurs, nous ne pouvons pas transiger". "Quand certains pays veulent s'affranchir des règles de l'Etat de droit, nous avons mal à l'Europe", a de son côté observé Philippe Goffin. (Belga)