"Il a été convenu qu'au tout début de l'année prochaine, un contact bilatéral entre négociateurs russes et américains aura lieu, un premier round", a déclaré Sergueï Lavrov, dans une interview à la chaîne de télévision russe RT. Selon lui, les négociateurs ont été choisis et acceptés par les deux parties. M. Lavrov prévoit aussi que débuteront dans la foulée, "également en janvier", des discussions impliquant l'Otan. La secrétaire d'Etat américaine adjointe chargée de l'Europe, Karen Donfried, avait déjà dit mardi s'attendre à ce que le dialogue au sujet de l'Ukraine et de la sécurité en Europe commence "en janvier", tout en prévenant Moscou que certaines de ses exigences étaient "inacceptables". Pour sa part, M. Lavrov a réitéré mercredi les propos du président Vladimir Poutine qui réclamaient des discussions "sérieuses" et mettait en garde ses rivaux contre la tentation d'enliser les négociations "dans un marécage". Ce processus ne peut "être éternel, parce que des menaces se créent autour de nous constamment, les infrastructures de l'Otan s'approchent de nos frontières", a souligné le ministre. "J'espère que compte tenu de nos actions visant à assurer notre sécurité, on va nous prendre au sérieux", a-t-il ajouté. La Russie a présenté la semaine passée deux projets traités, l'un destiné aux Etats-Unis et l'autre à l'Otan, résumant ses exigences pour une désescalade. Ces textes interdisent l'élargissement de l'Alliance, à l'Ukraine en particulier, et limitent la coopération militaire occidentale en Europe de l'Est et en ex-URSS, sans imposer de mesures similaires à la Russie. Les Occidentaux accusent Moscou de velléités agressives, l'armée russe ayant massé des dizaines de milliers de soldats à la frontière avec l'Ukraine, dont la Russie a déjà annexé une partie du territoire. (Belga)

"Il a été convenu qu'au tout début de l'année prochaine, un contact bilatéral entre négociateurs russes et américains aura lieu, un premier round", a déclaré Sergueï Lavrov, dans une interview à la chaîne de télévision russe RT. Selon lui, les négociateurs ont été choisis et acceptés par les deux parties. M. Lavrov prévoit aussi que débuteront dans la foulée, "également en janvier", des discussions impliquant l'Otan. La secrétaire d'Etat américaine adjointe chargée de l'Europe, Karen Donfried, avait déjà dit mardi s'attendre à ce que le dialogue au sujet de l'Ukraine et de la sécurité en Europe commence "en janvier", tout en prévenant Moscou que certaines de ses exigences étaient "inacceptables". Pour sa part, M. Lavrov a réitéré mercredi les propos du président Vladimir Poutine qui réclamaient des discussions "sérieuses" et mettait en garde ses rivaux contre la tentation d'enliser les négociations "dans un marécage". Ce processus ne peut "être éternel, parce que des menaces se créent autour de nous constamment, les infrastructures de l'Otan s'approchent de nos frontières", a souligné le ministre. "J'espère que compte tenu de nos actions visant à assurer notre sécurité, on va nous prendre au sérieux", a-t-il ajouté. La Russie a présenté la semaine passée deux projets traités, l'un destiné aux Etats-Unis et l'autre à l'Otan, résumant ses exigences pour une désescalade. Ces textes interdisent l'élargissement de l'Alliance, à l'Ukraine en particulier, et limitent la coopération militaire occidentale en Europe de l'Est et en ex-URSS, sans imposer de mesures similaires à la Russie. Les Occidentaux accusent Moscou de velléités agressives, l'armée russe ayant massé des dizaines de milliers de soldats à la frontière avec l'Ukraine, dont la Russie a déjà annexé une partie du territoire. (Belga)