"Je peux confirmer qu'il y a trois morts", a déclaré à des journalistes le directeur de l'Hôpital général de Serrekunda, Kebba Manneh, sans préciser leur identité et les causes de leur décès. Le directeur de l'hôpital, situé non loin du lieu de la manifestation, a indiqué que des blessés étaient soignés en raison des gaz qu'ils avaient inhalés. La police a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser des centaines de manifestants, qui ont répliqué par des jets de pierre sur les forces de l'ordre, selon un correspondant de l'AFP. (Belga)

"Je peux confirmer qu'il y a trois morts", a déclaré à des journalistes le directeur de l'Hôpital général de Serrekunda, Kebba Manneh, sans préciser leur identité et les causes de leur décès. Le directeur de l'hôpital, situé non loin du lieu de la manifestation, a indiqué que des blessés étaient soignés en raison des gaz qu'ils avaient inhalés. La police a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser des centaines de manifestants, qui ont répliqué par des jets de pierre sur les forces de l'ordre, selon un correspondant de l'AFP. (Belga)