"Je laisse le droit à chacun d'écrire un livre sur son vécu. Je ne suis pas là pour censurer qui que ce soit. Je constate que c'est un ouvrage personnel plus qu'un livre politique. Jacqueline Galant dévoile sa vérité et sur bon nombre d'éléments, je ne la partage pas", a expliqué M. Chastel, interrogé par l'Agence Belga. Le président des libéraux francophones estime que les déchirements du MR en 2010, quand la présidence de Didier Reynders a été contestée, appartiennent au passé. "Je ne le ressens plus du tout depuis quelques années des éléments qui peuvent réalimenter l'animosité". Informé du projet, M. Chastel a déconseillé à Mme Galant de le mener de la sorte. "Quand Jacqueline Galant m'a prévenu de l'écriture de ce livre et de sa sortie, je lui ai dit que ce n'était pas une bonne idée, pas pour le MR mais pour elle car elle donne d'elle une image trouble, parfois contradictoire, où il y a beaucoup de victimisation". (Belga)

"Je laisse le droit à chacun d'écrire un livre sur son vécu. Je ne suis pas là pour censurer qui que ce soit. Je constate que c'est un ouvrage personnel plus qu'un livre politique. Jacqueline Galant dévoile sa vérité et sur bon nombre d'éléments, je ne la partage pas", a expliqué M. Chastel, interrogé par l'Agence Belga. Le président des libéraux francophones estime que les déchirements du MR en 2010, quand la présidence de Didier Reynders a été contestée, appartiennent au passé. "Je ne le ressens plus du tout depuis quelques années des éléments qui peuvent réalimenter l'animosité". Informé du projet, M. Chastel a déconseillé à Mme Galant de le mener de la sorte. "Quand Jacqueline Galant m'a prévenu de l'écriture de ce livre et de sa sortie, je lui ai dit que ce n'était pas une bonne idée, pas pour le MR mais pour elle car elle donne d'elle une image trouble, parfois contradictoire, où il y a beaucoup de victimisation". (Belga)