Gaia, l'association pour la protection des animaux, a fait savoir dans un communiqué que cette pratique allait à l'encontre de la loi européenne et menace d'entreprendre des démarches juridiques.

"Le Règlement européen (...) sur la protection des animaux au moment de leur mise à mort n'autorise l'abattage rituel d'animaux sans étourdissement qu'à condition qu'il ait lieu dans un abattoir agréé, répondant à des normes strictes", souligne Gaia.

Le président de l'association, Michel Vandenbosch, ajoute qu'en "autorisant l'abattage de moutons sans étourdissement sur des sites temporaires qui ne sont pas des abattoirs agrées, la Secrétaire d'État piétine tout simplement la loi".

La secrétaire d'État se défend et a annoncé que les sacrificateurs de ces abattoirs temporaires seraient soumis à une formation obligatoire pour "limiter la souffrance des animaux". La formation sera donnée par un vétérinaire des abattoirs d'Anderlecht .

L.V.

Gaia, l'association pour la protection des animaux, a fait savoir dans un communiqué que cette pratique allait à l'encontre de la loi européenne et menace d'entreprendre des démarches juridiques. "Le Règlement européen (...) sur la protection des animaux au moment de leur mise à mort n'autorise l'abattage rituel d'animaux sans étourdissement qu'à condition qu'il ait lieu dans un abattoir agréé, répondant à des normes strictes", souligne Gaia.Le président de l'association, Michel Vandenbosch, ajoute qu'en "autorisant l'abattage de moutons sans étourdissement sur des sites temporaires qui ne sont pas des abattoirs agrées, la Secrétaire d'État piétine tout simplement la loi". La secrétaire d'État se défend et a annoncé que les sacrificateurs de ces abattoirs temporaires seraient soumis à une formation obligatoire pour "limiter la souffrance des animaux". La formation sera donnée par un vétérinaire des abattoirs d'Anderlecht .L.V.