Des lycéens ont manifesté à Libreville, dans la capitale économique Port-Gentil, et à Lambaréné (centre), a indiqué à l'AFP un porte-parole de la confédération syndicale Dynamique unitaire. Leur "marche pacifique" voulait demander aux autorités le paiement des bourses, et de faciliter le retour des enseignants en grève dans les salles de classe, selon le site GabonReview. Les marches ont été stoppées par endroits par les forces de l'ordre qui ont parfois utilisé des gaz lacrymogènes, a ajouté le site d'information. "Manifestations pacifiques de jeunes lycéens réprimés dans le sang Oyem Lambaréné Pog (Port-Gentil). Ali Bongo poursuit sa violence d'Etat inacceptable", a déclaré sur Tweeter Jean Ping, le rival du président Ali Bongo Ondimba, qui conteste sa réélection en août. Le ministre de l'Education Florentin Moussavou a dénoncé le "caractère illégal" de ces manifestations dans une allocution sur la télévision publique Télé Gabon, saluant le "professionnalisme de nos forces de sécurité (...) qui ont évité la survenue d'incidents majeurs". Le syndicat d'enseignants Conasysed se déclare "toujours en grève" depuis le 31 octobre notamment pour obtenir le paiement d'arriérés de primes, a indiqué à l'AFP son responsable Louis-Patrick Mombo, assurant que le mouvement des lycéens était autonome. La Conasysed est membre de la confédération syndicale Dynamique unitaire qui a soutenu Jean Ping lors de l'élection du 27 août. (Belga)

Des lycéens ont manifesté à Libreville, dans la capitale économique Port-Gentil, et à Lambaréné (centre), a indiqué à l'AFP un porte-parole de la confédération syndicale Dynamique unitaire. Leur "marche pacifique" voulait demander aux autorités le paiement des bourses, et de faciliter le retour des enseignants en grève dans les salles de classe, selon le site GabonReview. Les marches ont été stoppées par endroits par les forces de l'ordre qui ont parfois utilisé des gaz lacrymogènes, a ajouté le site d'information. "Manifestations pacifiques de jeunes lycéens réprimés dans le sang Oyem Lambaréné Pog (Port-Gentil). Ali Bongo poursuit sa violence d'Etat inacceptable", a déclaré sur Tweeter Jean Ping, le rival du président Ali Bongo Ondimba, qui conteste sa réélection en août. Le ministre de l'Education Florentin Moussavou a dénoncé le "caractère illégal" de ces manifestations dans une allocution sur la télévision publique Télé Gabon, saluant le "professionnalisme de nos forces de sécurité (...) qui ont évité la survenue d'incidents majeurs". Le syndicat d'enseignants Conasysed se déclare "toujours en grève" depuis le 31 octobre notamment pour obtenir le paiement d'arriérés de primes, a indiqué à l'AFP son responsable Louis-Patrick Mombo, assurant que le mouvement des lycéens était autonome. La Conasysed est membre de la confédération syndicale Dynamique unitaire qui a soutenu Jean Ping lors de l'élection du 27 août. (Belga)