"Le G7 réaffirme l'existence et l'importance de la déclaration sino-britannique de 1984 sur Hong Kong et appelle à éviter les violences", peut-on lire dans une déclaration finale à l'issue de trois jours de sommet à Biarritz, dans le sud-ouest de la France. La Chine ne fait pas partie du G7. Ce territoire semi-autonome traverse sa plus grave crise politique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997 et les tensions ne montrent guère de signes d'affaiblissement. La police de Hong Kong a défendu lundi le recours à des canons à eau et le tir d'un coup de semonce la veille après plus de deux mois de manifestations pro-démocratie, expliquant avoir fait face à des protestataires "extrêmement violents". Les affrontements de dimanche à Tsuen Wan, dans la banlieue de l'ex-colonie britannique, ont été parmi les plus violents depuis le début en juin du mouvement contre le gouvernement local soutenu par Pékin. (Belga)