Le tueur, muni de son arme, avait rencontré cet adolescent non loin des lieux du crime, peu avant de passer à l'acte vendredi dernier. La police soupçonne donc ce dernier d'avoir su ce qui se tramait, mais en l'état les éléments n'ont pas été jugés assez probants pour justifier une incarcération. Le jeune Afghan avait aussi effacé une conversation en ligne sur Whatsapp qu'il avait eue avec le tireur, David Ali Sonboly, 18 ans, mais les enquêteurs ont réussi à la faire réapparaître. Soupçonné de "non dénonciation de crime", l'adolescent afghan avait été interpellé dimanche soir. Pour l'heure, les enquêteurs considèrent néanmoins que David Ali Sonboly, qui s'est suicidé après avoir tué neuf personnes, a agi seul. (Belga)

Le tueur, muni de son arme, avait rencontré cet adolescent non loin des lieux du crime, peu avant de passer à l'acte vendredi dernier. La police soupçonne donc ce dernier d'avoir su ce qui se tramait, mais en l'état les éléments n'ont pas été jugés assez probants pour justifier une incarcération. Le jeune Afghan avait aussi effacé une conversation en ligne sur Whatsapp qu'il avait eue avec le tireur, David Ali Sonboly, 18 ans, mais les enquêteurs ont réussi à la faire réapparaître. Soupçonné de "non dénonciation de crime", l'adolescent afghan avait été interpellé dimanche soir. Pour l'heure, les enquêteurs considèrent néanmoins que David Ali Sonboly, qui s'est suicidé après avoir tué neuf personnes, a agi seul. (Belga)