Le Capital, un quotidien local, avait reçu des menaces sur les réseaux sociaux, a aussi indiqué devant la presse le policier. L'auteur présumé approche la quarantaine et réside dans cet Etat de la côte est, selon les autorités. "Je ne peux pas vous confirmer s'il connaissait ou non des employés ou s'il a simplement ciblé l'entreprise en général", a ajouté M. Krampf, précisant qu'il ne pouvait, pour l'instant, donner son identité. "Nous savons qu'il y avait des menaces envoyés au Capital Gazette sur les réseaux sociaux. Nous essayons de vérifier quel compte c'était et qui les a envoyés", a dit le policier, soulignant qu'il n'était pas en mesure de confirmer si les cinq personnes tuées travaillaient toutes dans ce journal. (Belga)

Le Capital, un quotidien local, avait reçu des menaces sur les réseaux sociaux, a aussi indiqué devant la presse le policier. L'auteur présumé approche la quarantaine et réside dans cet Etat de la côte est, selon les autorités. "Je ne peux pas vous confirmer s'il connaissait ou non des employés ou s'il a simplement ciblé l'entreprise en général", a ajouté M. Krampf, précisant qu'il ne pouvait, pour l'instant, donner son identité. "Nous savons qu'il y avait des menaces envoyés au Capital Gazette sur les réseaux sociaux. Nous essayons de vérifier quel compte c'était et qui les a envoyés", a dit le policier, soulignant qu'il n'était pas en mesure de confirmer si les cinq personnes tuées travaillaient toutes dans ce journal. (Belga)