La Commission tente ces dernières semaines de coordonner la réouverture des frontières de l'UE, qu'elles soient intérieures ou extérieures, une compétence qui reste toutefois aux mains des Etats membres. "On est demandeur d'une telle coordination, mais ça ne fonctionne pas", constate M. Goffin, au lendemain d'une réunion des ministres de l'Intérieur qui a constaté la volonté de nombreux Etats membres de rouvrir leurs frontières intérieures le 15 juin, tandis que d'autres comme l'Espagne ne le feraient pas avant la fin du mois. "Certains pays sont entrés dans une forme de concurrence touristique. Lorsque l'Italie annonce en premier la réouverture de ses frontières le 3 juin, c'est aussi pour lancer un appel aux touristes", souligne le ministre belge. "Chacun a géré cette crise de manière très autonome, parce que la situation n'était pas la même partout. Le Grand-Duché de Luxembourg n'a jamais fermé ses frontières. L'Allemagne a mis en place une fermeture très stricte de ses frontières, avant d'être parmi les premiers à prôner la réouverture. Nous, Belges, on a plaidé pour la cohérence européenne. Ça n'a manifestement pas été possible", selon M. Goffin. Le week-end dernier, le ministre avait lui-même reconnu la confusion du gouvernement qui avait annoncé la reprise des visites familiales et des courses aux frontières avec les pays limitrophes, alors que ce n'était pas encore possible avec la France. "En ce qui concerne la France, il y a eu manifestement une incompréhension. La compétence immédiate n'était pas celle des Affaires étrangères. Le ministre (de l'Intérieur Pieter) De Crem a eu l'impression qu'il était possible pour nos ressortissants belges de s'y rendre pour des raisons familiales. Ça n'a pas été le cas. Cette confusion a été réglée en quatre heures", expose le ministre MR. Au-delà de la question des frontières intérieures à l'UE et à l'espace Schengen, une proposition de la Commission est attendue dans les prochains jours pour la levée des restrictions aux frontières extérieures sur les voyages non-essentiels, qui avaient été mises en place le 17 mars dernier et prolongée à deux reprises jusqu'au 15 juin prochain. Une levée progressive serait envisageable à partir de début juillet. "Je reste optimiste quant à la capacité de l'Europe à annoncer une date commune", dit M. Goffin. Il parle aussi d'un échec de la coordination européenne en termes de fourniture d'équipements médicaux. "Il y a eu des vraies concurrences intra-européennes. Il faut donc réfléchir à la création de réserves stratégiques de certains produits à définir", un dossier sur lequel la Commission a déjà avancé des propositions. (Belga)

La Commission tente ces dernières semaines de coordonner la réouverture des frontières de l'UE, qu'elles soient intérieures ou extérieures, une compétence qui reste toutefois aux mains des Etats membres. "On est demandeur d'une telle coordination, mais ça ne fonctionne pas", constate M. Goffin, au lendemain d'une réunion des ministres de l'Intérieur qui a constaté la volonté de nombreux Etats membres de rouvrir leurs frontières intérieures le 15 juin, tandis que d'autres comme l'Espagne ne le feraient pas avant la fin du mois. "Certains pays sont entrés dans une forme de concurrence touristique. Lorsque l'Italie annonce en premier la réouverture de ses frontières le 3 juin, c'est aussi pour lancer un appel aux touristes", souligne le ministre belge. "Chacun a géré cette crise de manière très autonome, parce que la situation n'était pas la même partout. Le Grand-Duché de Luxembourg n'a jamais fermé ses frontières. L'Allemagne a mis en place une fermeture très stricte de ses frontières, avant d'être parmi les premiers à prôner la réouverture. Nous, Belges, on a plaidé pour la cohérence européenne. Ça n'a manifestement pas été possible", selon M. Goffin. Le week-end dernier, le ministre avait lui-même reconnu la confusion du gouvernement qui avait annoncé la reprise des visites familiales et des courses aux frontières avec les pays limitrophes, alors que ce n'était pas encore possible avec la France. "En ce qui concerne la France, il y a eu manifestement une incompréhension. La compétence immédiate n'était pas celle des Affaires étrangères. Le ministre (de l'Intérieur Pieter) De Crem a eu l'impression qu'il était possible pour nos ressortissants belges de s'y rendre pour des raisons familiales. Ça n'a pas été le cas. Cette confusion a été réglée en quatre heures", expose le ministre MR. Au-delà de la question des frontières intérieures à l'UE et à l'espace Schengen, une proposition de la Commission est attendue dans les prochains jours pour la levée des restrictions aux frontières extérieures sur les voyages non-essentiels, qui avaient été mises en place le 17 mars dernier et prolongée à deux reprises jusqu'au 15 juin prochain. Une levée progressive serait envisageable à partir de début juillet. "Je reste optimiste quant à la capacité de l'Europe à annoncer une date commune", dit M. Goffin. Il parle aussi d'un échec de la coordination européenne en termes de fourniture d'équipements médicaux. "Il y a eu des vraies concurrences intra-européennes. Il faut donc réfléchir à la création de réserves stratégiques de certains produits à définir", un dossier sur lequel la Commission a déjà avancé des propositions. (Belga)