Les ambassadeurs des 27 auprès de l'UE se sont penchés sur la proposition de la Commission de procéder à partir de début juillet à une "réouverture" progressive des frontières extérieures de l'Union. Depuis la mi-mars, l'Union (à l'exception de l'Irlande) et les Etats Schengen associés maintiennent à leurs frontières extérieures des restrictions de voyage qui empêchent par exemple les touristes d'entrer en Europe. Dans la vague de déconfinement actuelle, la Commission a proposé le 11 juin que les Etats membres se coordonnent pour lever progressivement ces restrictions à partir du 1er juillet, en établissant une liste des pays tiers autorisés puis en la mettant à jour régulièrement. Les critères pour être sur cette liste, ceux que propose en tout cas la Commission, porteraient sur la situation épidémiologique dans le pays concerné (elle doit être similaire ou meilleure que celle de l'UE), sa capacité à faire respecter des mesures de précaution, et une certaine "réciprocité". Mais il n'y a pas encore de compromis sur ces critères au niveau des représentants des Etats membres, apprend-on mercredi. Il faut encore les "affiner". Mardi, le New York Times évoquait l'existence de deux brouillons de listes, qui excluent toutes deux les Etats-Unis. (Belga)

Les ambassadeurs des 27 auprès de l'UE se sont penchés sur la proposition de la Commission de procéder à partir de début juillet à une "réouverture" progressive des frontières extérieures de l'Union. Depuis la mi-mars, l'Union (à l'exception de l'Irlande) et les Etats Schengen associés maintiennent à leurs frontières extérieures des restrictions de voyage qui empêchent par exemple les touristes d'entrer en Europe. Dans la vague de déconfinement actuelle, la Commission a proposé le 11 juin que les Etats membres se coordonnent pour lever progressivement ces restrictions à partir du 1er juillet, en établissant une liste des pays tiers autorisés puis en la mettant à jour régulièrement. Les critères pour être sur cette liste, ceux que propose en tout cas la Commission, porteraient sur la situation épidémiologique dans le pays concerné (elle doit être similaire ou meilleure que celle de l'UE), sa capacité à faire respecter des mesures de précaution, et une certaine "réciprocité". Mais il n'y a pas encore de compromis sur ces critères au niveau des représentants des Etats membres, apprend-on mercredi. Il faut encore les "affiner". Mardi, le New York Times évoquait l'existence de deux brouillons de listes, qui excluent toutes deux les Etats-Unis. (Belga)