"Pour nous, la balance est claire et nette", a indiqué le ministre sur le plateau du JT de la RTBF, lundi soir. "C'est une course contre la montre", rappelle-t-il. "Il y a une vraie hausse des contaminations, une augmentation importante des hospitalisations,..."

Dans ce contexte, "sachant qu'il y a tellement de circulation du virus", on ne peut pas se permettre d'interrompre la vaccination avec le produit d'AstraZeneca, estime-t-il.

"C'est un très bon vaccin qui protège contre cette maladie qui est terrible, (...) et qui entraine souvent la mort". Il est donc important, selon lui, que les "milliers de personnes, surtout des personnes âgées qui sont très vulnérables vis à vis du virus", aillent bien se faire vacciner les prochains jours, comme prévu.

Des craintes ont émergé ces derniers jours à la suite de thromboses chez des personnes qui avaient été vaccinées avec le produit AstraZeneca. L'EMA, l'Agence européenne des médicaments, examine ces cas, mais a déjà indiqué qu'il ne semblait pas y avoir davantage de thromboses parmi cette population qu'en temps normal.

"Parmi ceux qui ont été infectés et tombent malades, il y a souvent des cas de thrombose", ajoute aussi le ministre, qui répète qu'il s'agit d'équilibrer les bénéfices et les risques.

Le virologue Steven Van Gucht a approuvé lundi soir, dans l'émission Terzake (VRT), le choix de la Belgique de poursuivre. Le fait d'"appuyer continuellement sur pause" mène à davantage de contaminations, a-t-il estimé.

"Pour nous, la balance est claire et nette", a indiqué le ministre sur le plateau du JT de la RTBF, lundi soir. "C'est une course contre la montre", rappelle-t-il. "Il y a une vraie hausse des contaminations, une augmentation importante des hospitalisations,..." Dans ce contexte, "sachant qu'il y a tellement de circulation du virus", on ne peut pas se permettre d'interrompre la vaccination avec le produit d'AstraZeneca, estime-t-il. "C'est un très bon vaccin qui protège contre cette maladie qui est terrible, (...) et qui entraine souvent la mort". Il est donc important, selon lui, que les "milliers de personnes, surtout des personnes âgées qui sont très vulnérables vis à vis du virus", aillent bien se faire vacciner les prochains jours, comme prévu. Des craintes ont émergé ces derniers jours à la suite de thromboses chez des personnes qui avaient été vaccinées avec le produit AstraZeneca. L'EMA, l'Agence européenne des médicaments, examine ces cas, mais a déjà indiqué qu'il ne semblait pas y avoir davantage de thromboses parmi cette population qu'en temps normal. "Parmi ceux qui ont été infectés et tombent malades, il y a souvent des cas de thrombose", ajoute aussi le ministre, qui répète qu'il s'agit d'équilibrer les bénéfices et les risques.Le virologue Steven Van Gucht a approuvé lundi soir, dans l'émission Terzake (VRT), le choix de la Belgique de poursuivre. Le fait d'"appuyer continuellement sur pause" mène à davantage de contaminations, a-t-il estimé.