En début de soirée, le parterre était déjà bien rempli, chauffé par un Mustii déchaîné qui avait donné rendez-vous aux Francofous "chez Patrick". Thomas Mustin a enflammé la grande scène par sa présence scénique, son énergie et ses sonorités qui invitent à l'accompagner dans son univers électro-pop. A l'autre bout du parc, c'est en pyjama que Jean-Luc Fonck et ses potes de Sttellla ont mis le feu à leur manière. Ses bons mots trouvent toujours écho et ses succès d'antan également. Il y avait énormément de monde devant les deux scènes, ce qui présage un succès de foule sans précédent pour Patrick Bruel, qui ne pouvait se produire que devant 9.000 fans au maximum lors de ses précédentes venues. Lefa, ex-Sexion d'Assaut, tentera lui de se faire une place pour ses premières Francos en misant sur un public jeune plus réceptif au rap qu'à l'univers de Patrick Bruel, qui a annoncé deux heures de concert. (Belga)

En début de soirée, le parterre était déjà bien rempli, chauffé par un Mustii déchaîné qui avait donné rendez-vous aux Francofous "chez Patrick". Thomas Mustin a enflammé la grande scène par sa présence scénique, son énergie et ses sonorités qui invitent à l'accompagner dans son univers électro-pop. A l'autre bout du parc, c'est en pyjama que Jean-Luc Fonck et ses potes de Sttellla ont mis le feu à leur manière. Ses bons mots trouvent toujours écho et ses succès d'antan également. Il y avait énormément de monde devant les deux scènes, ce qui présage un succès de foule sans précédent pour Patrick Bruel, qui ne pouvait se produire que devant 9.000 fans au maximum lors de ses précédentes venues. Lefa, ex-Sexion d'Assaut, tentera lui de se faire une place pour ses premières Francos en misant sur un public jeune plus réceptif au rap qu'à l'univers de Patrick Bruel, qui a annoncé deux heures de concert. (Belga)