"On ne va pas faire un éventuel reconfinement comme nous avions fait celui du mois de mars", a expliqué M. Castex dans une interview sur la chaîne BFM TV. "Un confinement absolu a des conséquences terribles, humaines, économiques, donc nous allons cibler", dans la cas d'une seconde vague de l'épidémie à laquelle il convient de se "préparer" selon lui. "On ne supporterait pas économiquement et socialement un reconfinement absolu et généralisé comme nous l'avons vécu", a-t-il martelé. Jean Castex a indiqué qu'il se rendrait dimanche en Guyane, département français frontalier du Brésil, particulièrement touché par l'épidémie. "Je vais dimanche en Guyane. En Guyane vous l'avez vu, ça se passe mal", a reconnu le chef du gouvernement. Plus de 130 réservistes sanitaires sont déjà arrivés en renfort en Guyane et sont "opérationnels dans les différentes structures médicales guyanaises". Le coronavirus a fait près de 30.000 morts en France, qui a connu un confinement strict de deux mois entre mars et mai. Depuis le mois de mai, la situation sanitaire s'améliore, mais certaines régions européennes comme la Catalogne ont été contraintes de se reconfiner en raison d'une nouvelle flambée du virus. (Belga)

"On ne va pas faire un éventuel reconfinement comme nous avions fait celui du mois de mars", a expliqué M. Castex dans une interview sur la chaîne BFM TV. "Un confinement absolu a des conséquences terribles, humaines, économiques, donc nous allons cibler", dans la cas d'une seconde vague de l'épidémie à laquelle il convient de se "préparer" selon lui. "On ne supporterait pas économiquement et socialement un reconfinement absolu et généralisé comme nous l'avons vécu", a-t-il martelé. Jean Castex a indiqué qu'il se rendrait dimanche en Guyane, département français frontalier du Brésil, particulièrement touché par l'épidémie. "Je vais dimanche en Guyane. En Guyane vous l'avez vu, ça se passe mal", a reconnu le chef du gouvernement. Plus de 130 réservistes sanitaires sont déjà arrivés en renfort en Guyane et sont "opérationnels dans les différentes structures médicales guyanaises". Le coronavirus a fait près de 30.000 morts en France, qui a connu un confinement strict de deux mois entre mars et mai. Depuis le mois de mai, la situation sanitaire s'améliore, mais certaines régions européennes comme la Catalogne ont été contraintes de se reconfiner en raison d'une nouvelle flambée du virus. (Belga)